Accueil » Faits divers » Toamasina – Deux suspects armés abattus
Faits divers

Toamasina – Deux suspects armés abattus

Les deux scooters utilisés par l’association de malfaiteurs.

Deux présumés braqueurs sont tombés sous les balles de la police de Toamasina, hier. L’opération anti-gang bat son plein.

INSÉCURITÉ . Deux individus armés ont été abattus par les forces d’intervention de la police (FIP) de Toamasina, hier à 3 heures du matin, au Dépôt Analakininina.

Un pistolet de fabrication française avec boîte chargeur garnie de deux cartouches a été pris en leur possession.

Les présumés criminels s’apprêtaient à commettre un vol à main armée. Avisés à temps, les FIP ont avorté leur plan qui s’est soldé par une fusillade. Ils auraient essayé de résister.

Les défunts avaient formé une association de malfaiteurs. Ceux-ci ont longtemps fait parler d’eux dans des attaques de cash point dans la ville, a-t-on indiqué. La police s’est mise sur la bonne piste menant à la capture de six autres suspects dont deux jeunes femmes.

Des perquisitions ont été effectuées chez eux. Deux scooters qu’ils auraient utilisés pour perpétrer leurs forfaits ont été saisis. Ils ont été retenus en garde-à-vue et leur interrogatoire confié au service régional de la police judiciaire. Une fois l’en quête clôturée, ils seront traduits au parquet.

Aucune pitié

Pas plus tard que le 22 juillet, trois hommes armés, supposés prêts à opérer un braquage en plein jour à 11h30, ont définitivement été mis hors d’état de nuire par les FIP. Leurs deux motos et leur pistolet chargé de trois cartouches ont été confisqués. Leurs deux coauteurs capturés vivants sont maintenant en prison.

En l’espace de dix jours donc, cinq présumés bandits ont été tués par balles dans des opérations policières. « La police n’éprouvera aucune pitié pour les malfaiteurs armés qui tentent de voler et tuer la population », a communiqué la police nationale, le 22 juillet.

Récemment, un père de famille, gérant de cash point, a été exécuté par balle par ses assaillants dans le quartier de Dépôt. Il avait été dépouillé d’une somme de vingt millions d’ariary. Une autre victime avait subi le même sort, toujours dans le même secteur.

« Les grands banditismes qui ont connu une recrudescence ces derniers temps seront éradiqués », a assené le commandant des FIP, Jules Rafaliarivo.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter