Education Region

Université de Toamasina – Une rentrée unique pour tous les établissements

Avec le nouveau président de l’Université, un plan de redressement est en cours de mise en œuvre. Il vise à instaurer une année universitaire unique de janvier à octobre.

Le dialogue est en train de faire un miracle à l’université de Toamasina. Après presque six années de perturbation et presque deux années d’années blanches, la sérénité revient petit à petit. Depuis l’arrivée du nouveau président, Conscient Zafitody, en avril, un plan de redressement a été élaboré et mis en œuvre en concertation avec les enseignants. Objectif : rattraper les retards accumulés et mettre en place un calendrier universitaire unique pour toutes les facultés et instituts. Ainsi, à partir de l’année prochaine, une année universitaire de dix mois qui commencera au mois de janvier et se terminera en octobre, est envisagée.
« Nous espérons pouvoir rattraper tous les retards au mois de décembre. Une rentrée unique est ce que les parents et les étudiants attendent. L’année universitaire doit être bien précise, c’est-à-dire qu’il faut commencer à une date précise et terminer également à une date précise », déclare avec fermeté Conscient Zafitody qui vient de passer le cap des cent jours à la tête de l’université de Toamasina.

Même calendrier
L’adhésion de toutes les parties prenantes constitue un des piliers de la méthode de gestion du président Zafitody. La réalisation de ce projet de calendrier unique dépend beaucoup de l’absence d’une éventuelle grève des enseignants, des étudiants ou du personnel administratif et technique. Mais il semble être sur le point de gagner son pari puisqu’il y a trois semaines, par exemple, une grève des étudiants a été évitée grâce au dialogue.
« Nous allons mettre en place une plateforme de dialogue qui sera consultée chaque fois qu’une grande orientation ou une grande décision doit être prise. Tout doit être
discuté, car c’est la clé pour éviter toute forme d’incompréhension et de malentendu et pour éviter une éventuelle grève », souligne-t-il.

C’est également grâce à l’adhésion des enseignants qu’une solution pour résoudre le problème de l’insuffisance d’effectif au niveau des enseignants est en cours de réalisation. Il s’agit d’accélérer la formation doctorale qui est indispensable pour les enseignants à l’université. Un soutien sera également donné aux maitres de conférences pour qu’ils puissent publier les dix
articles exigés par le texte, avant de présenter leur thèse de doctorat et devenir professeurs. « C’est l’un des projets phares et une priorité absolue de l’université de Toamasina », conclut Conscient Zafitody.