Chronique

Aéronautique – L’hélicoptère, une machine complexe

L’hélicoptère est un aéronef qui utilise son ou ses rotors pour assurer sa sustentation et sa propulsion. En quelque sorte, le rotor principal remplace l’aile et l’hélice d’un avion. C’est cette configuration qui lui permet de rester immobile ou de manœuvrer dans tous les sens. Le nombre de pièces en mouvement fait que c’est une machine plus complexe qu’un avion. En revanche, son domaine d’utilisation est beaucoup plus vaste.

Un peu d’histoire. C’est au XVe siècle que le premier croquis de ce qui semble être un hélicoptère apparaît. Son concepteur n’est autre que Léonard de Vinci, mais il faudra attendre le début du XXe siècle pour qu’essaie de voler le premier appareil qui s’en inspire, se soulevant péniblement à un peu plus d’un mètre du sol. En 1924 un nommé Étienne Oehmichen réussit un vol d’un kilomètre en circuit fermé. À partir de là, les progrès sont rapides. En 1936, le Fockewulf FW 61 parvient à emporter des charges et à voyager sur des distances relativement longues.
Le premier hélicoptère produit en série est le Sikorski R4B lancé en 1945. Par contre le premier certificat d’exploitation civile revient, cette même année, au Bell 47, encore utilisé de nos jours. Le premier constructeur à intégrer une motorisation à turbine ainsi que Sud Aviation devenu par la suite Eurocopter, sur un appareil Alouette II.
Les premiers à trouver un intérêt à l’hélicoptère sont les militaires, au début comme simple outil d’observation, ensuite pour déposer des troupes au plus près des combats et pour évacuer des blessés. Plus tard, ils l’équipent d’armements tels que canons, roquettes, ou missiles. Mais cette fabuleuse machine étend son champ d’application en se rendant utile et même indispensable dans bien d’autres domaines. Malgré une réputation imméritée de dangerosité émanant de certains milieux, il faut savoir que
l’hélicoptère est la machine de transport qui sauve plus de vies qu’elle n’en prend, à l’inverse de l’automobile, par exemple. Ses rôles les plus nobles sont, sans contexte,
l’évacuation sanitaire et le secours en montagne.

Instrument incomparable
Citons quelques autres domaines dans lesquels l’hélicoptère est pratiquement irremplaçable : en cas de catastrophe naturelle, l’hélicoptère permet de répondre rapidement aux besoins d’assistance et de sauvetage dans les zones les plus enclavées. Il est un acteur déterminant dans la lutte antiacridienne et autres travaux aériens pour ne citer que l’épandage de pesticides et la reconnaissance des zones infestées. La liste n’est pas exhaustive, mais signalons aussi que des grands noms de la photographie et de l’audiovisuel ont souvent recours à l’hélicoptère pour réaliser de superbes prises de vue aériennes. Pour ceux qui peuvent y mettre le prix, l’hélicoptère est aussi un incomparable instrument pour les survols touristiques. Savourons quelques extraits d’un récit de voyage de Salary dans le Sud-Ouest jusqu’à Antananarivo que nous devons à l’Agence Boogie Pilgrim :
« À la verticale de Morombe surgissent les baobabs. C’est le début du pays du Petit Prince de Saint-Exupéry ! Nous ne savons plus où  mitrailler le plus pour les photos. Le moment est unique, et personne n’économise sa carte-mémoire. Refueling à Morondava dans un aéroport désert, pas de snack ouvert, zéro taxi, il pleut (…)
« Nous rejoignons rapidement les Hautes-Terres. Les collines deviennent montagnes petit à petit. Le paysage est marqué par la saison. Tout est vert, très vert, les rivières sont rouges, très rouges. Ce paysage est aussi extrême que la dégradation qu’il a subie. Nous admirons des cascades saisonnières, des fleuves bouillonnants qui charrient la terre. Des chutes spectaculaires surgissent de nulle part. Je pensais que c’était celles de la Lily ! Ces chutes grandioses sont inconnues, et bien plus impressionnantes (…)
« Les volcans d’Ampefy se profilent à l’horizon. Nous nous offrons le luxe de monter en altitude pour scruter l’intérieur d’un des plus hauts volcans. Il est intégralement cultivé jusqu’à l’intérieur du cratère par les paysans très actifs de cette région (…)
« Patchwork de rizières de toutes les couleurs, villages typiques, inondations autour des plaines de Tana sont les dernières impressions de ce voyage exclusif en hélico. »

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter