Accueil » Actualités » Commerce – Intégration régionale avec Horeb
Actualités Economie

Commerce – Intégration régionale avec Horeb

Faly Rasamimanana expliquant le processus Horeb aux étudiants de l’Iscam.

Madagascar fait partie intégrante des institutions commerciales régionales, sans jouir des avantages offerts. Une situation à redresser impérativement.

Déficitaire à tout point de vue, Madagas­car est loin de profiter de tous les réseaux et institutions commerciales régionales dont il est membre. Ce constat a été exposé hier à l’Institut Supérieur de la Communi­cation, des Affaires et du Management (Iscam). Classé treizième dans la Commu­nauté de développement d’Afrique australe (Sadc) et neuvièmes dans le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (Comesa), Madagascar peine encore à sortir la tête de l’eau lorsqu’il s’agit d’aborder les avantages apportés par son intégration dans ces institutions.
Dans une tentative pour renverser cette tendance, des propositions des politiques de gestion ont été proposées à Ankadifotsy lors de la journée du parcours commerce international (CI) organisé par les étudiants de l’établissement. Parmi ces politiques, le référentiel Horeb (Hygiène, Organi­sation, Restauration de l’Environnement et de la Biodiversité) a été proposé par Faly Rasamimanana, le directeur général de Faly Export. Avec ce référentiel, l’exportateur tente d’introduire la méthode Kaizen qui n’est autre que le concept le plus important du management japonais. Un système de management préconisant l’amélioration continue et progressive de la productivité, tout en valorisant les individus sur leur poste de travail.

Progressif
« La méthode consiste à progresser pas à pas. Tant dans la façon de penser des producteurs que sur le système de production proprement dit. Notamment, en garantissant la traçabilité et la qualité des produits issus du système de production agricole malgache, afin de rassurer les consommateurs à l’étranger. Ce qui, de manière logique, relancera les flux d’exportation des filières dans lesquelles s’applique cette méthode », explique l’exportateur. Une manière pour Faly Rasami­manana de contribuer au redressement du secteur de l’export à son niveau.
Pour ce faire, l’opérateur a pris l’exemple de la relance de la filière letchi. Une activité en déclin depuis quelque temps, dans la mesure où les importateurs étrangers se sont presque tous résignés à annuler les commandes provenant de Madagas­car parce que le pays a du mal à assurer sur le plan de la quantité et de la qualité.
Par ailleurs, le référentiel Horeb, combiné avec la méthode Kaizen qui a déjà fait ses preuves ailleurs, est susceptible d’apporter un développement à long terme selon l’opérateur. « Le Rwanda ainsi que l’Éthiopie ont appliqué cette méthode il y a plus de deux décennies. Nous pouvons tous constater où ils en sont à présent. Si nous nous décidons à mettre en place cette politique, peut-être que les parts de Madagascar dans le marché de l’exportation au niveau mondial ne resteront plus au niveau des 0.0012% », lance-t-il.
Afin de concrétiser cette théorie, certains étudiants de l’Iscam ont déjà commencé à appliquer l’Horeb dans les processus d’exportation de la filière letchi à Toamasina, avec l’appui de l’établissement Faly Export.

3 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Tsy velona tokoa mantsy ny olona eto Tana raha toa ka tsy misy ny fifanankalozana amin’ireo avy any amin’ny faritra. Tokony hamafisina ny fifandraisana ara-barotram isy eo amin’ireo faritra. Ary ihany koa hatsaraina ny fitanterana maro samihafa.

  • Mbola maro ireo tanora andrin’ny firenena miezaka mandrakariva hitady izay hahasoa ny manodidina azy!. Tsy mahavita tena nefa izy ireny na dia manana fahalalana ambony aza fa ao ny fanjakana izay miahy sy manosika azy @ fikirizany hampandroso sy hanatsara ny vahoaka toy izao ka hananana vokatra tsara atsy ho atsy.

  • Marina fa ny eto an-drenivohitra foana no voajery rehefa misy fikarakarana atao, fa manomboka eto izany dia ampandraisana anjara mavitrika ny tontolo ambanivolo, satria arakarakin’ny fandinihako azy dia ny 90 isan-jatony vokatra dia avy any ambanivolo daholo.

Voir aussi