Accueil » Social » Pandémie – Le nombre des appels sur les violences monte en flèche
Social

Pandémie – Le nombre des appels sur les violences monte en flèche

des  kits  de  dignité  ont  été  également  distribués  aux femmes  victimes  de  violence.

Une hausse des signalements pour violence a été enregistrée sur la ligne verte 813 pour le mois de juin.

Les appels reçus en ce qui concerne la violence faite aux femmes durant le confinement sont en hausse. Plus de sept cent appels ont été reçus sur le numéro vert 813, durant le mois de juin, des signalements sur toutes les formes de violences. « On a constaté que le nombre d’appels reçus n’a cessé d’augmenter durant la période de confinement », indique Rova Rabetaliana, Directeur général de la promotion de la femme, au niveau du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme hier.

Ce chiffre a monté en flèche dans vingt-deux régions et depuis que la ligne a été opérationnelle. Le ministère fait état d’environ mille quatre-cent trente-sept plaintes dans toute l’île. Entre la période de 25 avril au 30 avril, cinquante appels ont été reçus. Six cent cinquante-cinq pour le mois de mai. Et pour le mois de juin, sept cent vingt-quatre cas de signalements pour violences ont été enregistrés. Dans la majeure partie des cas, le cas de violence économique constitue la majeure partie des signalements reçus au niveau de la ligne verte. « La moitié des appels enregistrés est une violence économique. Les pertes d’emploi occasionnées par la situation sanitaire sont particulièrement à l’origine des violences économiques signalées », enchaîne la responsable

Appui

Les violences psychologiques sont également présentes durant cette période de pandémie. « C’est par exemple le cas d’un homme qui a perdu son travail et c’est la femme qui travaille applique la violence sur lui. Inversement, la femme travaille, mais son mari ne travaille pas, et dans la plupart des cas, l’homme est complexé par sa situation et il exerce une violence verbale ou psychologique », poursuit-telle. La réticence au signalement a diminué durant cette période.

« À partir de l’analyse de l’augmentation des chiffres, on peut en déduire que les femmes ou hommes victimes de violences ont moins peur de signaler les violences qu’ils subissent et notre rôle est d’assurer l’assistance psychosociale de la victime», constate le Directeur de la promotion de la femme. Dans cette lancée, des kits de dignité ont été également distribués aux femmes enceintes qui subissent de formes quelconques de violence. Une sensibilisation a été effectuée par la ministre de la population Irma Nahari­mamy, à l’occasion, afin d’encourager les femme s à dénoncer les violences via la ligne verte 813.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi