Magazine Santé

Atsinanana – Plusieurs professionnels de santé infectés

Des professionnels de santé avec des équipements de protection complets.

L’heure est grave à Toamasina. Les professionnels de santé tombent malades petit à petit, dans cet épicentre de l’épidémie de coronavirus. Ils ont contracté le virus du Covid-19. L’un d’entre eux aurait été admis au Centre hospitalier universitaire (CHU) Morafeno, lundi. « Son état de santé s’est détérioré», confie une source, hier.

Le CHU Analakininina enregistre le plus grand nombre d’agents infectés. « Un médecin du service des Urgences du CHU Analakininina, des infirmiers et des sages-femmes, ainsi que des internes du même hôpital, sont sous traitements », informe une source, au sein de cet hôpital. «Notre établissement n’est pas prévu prendre en charge des personnes infectées par le Covid-19. Nous n’utilisons, donc, que des masques. Il se peut, pourtant, que certains patients soient porteurs du virus, mais nous ne nous en rendons pas compte. Un masque n’est pas suffisant pour se protéger. On doit avoir une protection optimale, lorsqu’on est en contact avec les personnes infectées», signalent des agents de santé dans ce CHU dénommé « Hôpitaly Be ».

Selon le Dr Lamine Arthur Rakotojanabelo, ces déclarations sont trop affirmatives. «Il est difficile de prouver qu’ils ont contracté le virus à l’hôpital. Ils ont pu être contaminés dans leur communauté », explique ce directeur de cabinet au sein du ministère de la Santé publique.

Les autres hôpitaux à Toamasina enregistreraient aussi des cas actifs. «Un médecin de l’Hôpitalykely, cas asymptomatique, est suivi au Centre régional de la Jeunesse et des sports (CRJS). Un médecin du CHU Morafeno est, aussi, infecté. Un médecin travaillant à Sainte-Marie, venu à Toamasina pour accompagner sa femme qui a accouché au CHU Analakininina, a contracté le virus», enchaîne notre source à Toamasina.

Ils ne sont pas les premiers agents de santé touchés par le virus du Covid-19 dans la région d’Atsinanana. Des paramédicaux et des internes testés positifs ont recouvert la santé. Tandis que le responsable du parking du CHU Morafeno est décédé. Le médecin retrouvé pendu dans sa chambre d’hôpital, le 24 mai, était également porteur du virus.

Les agents de santé réclament une protection optimale, face à cette hausse du nombre des professionnels de santé infectés. « Des efforts sont déjà entrepris dans l’approvisionnement de chaque agent de santé en équipement de protection individuelle (EPI). Mais ce ravitaillement dépend du niveau de risque et d’exposition. Dans certaines formations sanitaires, des masques sont suffisants, dans d’autres, il faut des EPI complets. Tout le monde ne pourra pas réclamer des EPI complets », précise le Dr Lamina Arthur Rakotojanabelo.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Bonjour,
    Vous avez dit à l’avant dernière paragraphe, je cite: » »…Tandis que le responsable du parking du CHU Morafeno est décédé. » c’est faux, c’est le responsable du parking de « l’hopitaly kely » pas du CHU Morafeno.
    Cordialement

  • Tant qu’il n’y aura pas un équipement adéquate pour protéger les personnels de santé, ils vont attraper le virus, c’est pourtant simple à comprendre ! regardez comment ça s’est passé en France, en Espagne en Italie… en Allemagne.

    En Allemagne, consignes strictes dès le début,t dépistage massif et gros moyens des personnels de santé= peu de cas détectés et peu de morts

    En France, en Espagne et en Italie, ils ont tergiversés, il manquait de tout au début = 28000 morts dans chaque pays et des cas graves qui mettent plus de deux mois à se rétablir avec ensuite des séquelles rémanentes (la moitié des poumons sont bouffés et ce n’est pas comme le foie, ça ne se refait pas).

    Au Brésil reniement de la gravité du virus par leur Président Bolsonaro = Ils meurent comme des mouches.

    Donc combinaison intégrale, vrais masques FFP2 filtrant à 99%, lunettes, gants et surchaussures pour les soignants;

    Que des élus disent « ils ont peut-être été contaminés ailleurs qu’à l’hôpital » est une idiotie sans limite car cela dénote la volonté de masquer la réalité au lieu de l’affronter de face et fait prédire un avenir délicat.

    Je m’attache régulièrement à commenter car je suis aussi malgache d’adoption par ma belle-famille à TOAMASINA.