Culture

Évènement – « Jazz @Tohatohabato » se rajeunit

Le « Jazz @tohatohabato » émerveille par le talent de ses jeunes membres  qui assurent l’avenir du jazz malgache.

Les inconditionnels du jazz de tous horizons se sont réjouis lors d’un rendez-vous ce week-end. Le « Jazz @tohatohabato », pétillant de jeunesse, s’est clôturé avec dynamisme.

 

Toujours aussi enivrant d’harmonie, porté par la maîtrise de toute une communauté de musiciens d’un genre musical populaire et intemporel, le « Jazz @tohatohabato » conquiert la capitale comme à l’accoutumée. Une programmation mélodieuse a satisfait aussi bien un public d’afficionados que les profanes, tout au long du week-end dernier. L’un des événements phares de la scène musicale nationale, aux côtés du festival international Madajazzcar, met en valeur le talent et la créativité des jazzmen nationaux, et a gâté la ville des Mille par son concert de clôture hier après-midi.
Au terme de sa 9e édition, le « Jazz @tohatohabato » marque la splendeur de ses affiches par son envergure grandissante, mais surtout par le savoir-faire d’une jeune génération de musiciens et de chanteurs jazz prometteurs. On y retrouve d’autant plus une jeunesse à la fois généreuse, solidaire, mais aussi passionnée, avide de valoriser son talent. Les jeunes pousses du jazz malgache, à travers le Jazz Kids, ont notamment surpris l’auditoire. La jeune Kanto, du haut de ses 12 ans, nous a, entre autres offert une interprétation de « Fly me to the moon » de Frank Sinatra. Étonnante de maîtrise par sa voix, elle assure aussi
l’animation, en remplissant la scène.
Initié par le Cercle Germano Malgache/Goethe Zentrum (CGM/GZ), ce mini-festival de jazz a mis en scène les sommités du genre à Analakely, près des marches d’Antaninarenina pour sa Grande scène, clôturant admirablement sa 9e édition.

Jeunesse et générosité
La grande particularité du « Jazz @tohatohabato » a toujours été de réussir à conjuguer sur scène, le jazz et le folklore malgache. La troupe du Tambour Gasy a ouvert la scène, hier, réveillant tout le centre-ville aux rythmes de ses percussions. S’enchaînent par la suite les prestations des jeunes jazzmen qui garnissent la programmation du concert, présentés un par un par Fidy Rabearisoa qui officiait comme maître de cérémonie.
Du Jazz Club du CGM à l’AF Jazz de l’Alliance française d’Antananarivo (AFT), ils sont toute une jeune génération à envoûter le public. Il en est de même pour les jeunes groupes à suivre qui mixent brillamment le jazz avec le blues, le rock ou encore le funk, notamment le trio ATM Project, Joro J, Malajazz et le LMM Saxophone, mené par Seta Ramaroson, la chanteuse Minah, le bassiste Nully Ratomosoa, Yrinaf et bien d’autres. « On est plus que ravi de l’engouement dont ont fait preuve les artistes qui nous ont rejoint cette année. Un merci particulier à cette grande diva qui a généreusement voulu participer ainsi qu’à notre invitée de marque », confie Ranja Raveloson, coordinatrice de l’événement. Il s’agit là évidemment de la jeune pianiste allemande Johanna Summerer qui captive par son mélange de jazz et de classique, mais surtout, cerise sur le gâteau la diva du jazz malgache, Lalatiana en personne. « Ce fut un grand privilège que de jouer sur cette scène et de profiter de l’énergie qu’elle procure », affirme la chanteuse en clôturant ce
« Jazz @tohatohabato ».