Accueil » Actualités » Vtt – X country – Ankoay Cyclisme s’attaque au tout-terrain
Actualités Sport

Vtt – X country – Ankoay Cyclisme s’attaque au tout-terrain

Les coureurs d’ACA 67 ha disputeront une course de VTT, ce dimanche. Ils parlent des différences entre rouler sur pistes goudronnées et terrains accidentés.

À deux jours du X Country, course de vélo tout-terrain qui se tient ce dimanche à Ambohibe, nous sommes allés à la rencontre de trois cyclistes. Il s’agit de trois membres de l’Ankoay Cyclisme Analamanga 67 ha, Tojonirina Fidelis Rabemananjara, Christophe Nariveloniaina et Jean Solohery Ramaronam­bi­nina. Ils pratiquent depuis longtemps le cyclisme sur route. Cette fois-ci, ils vont disputer pour la première fois une compétition de VTT, sur pistes accidentées donc. « On court sur route depuis toujours. Christophe et moi, on a déjà l’habitude d’évoluer ensemble au sein d’une même équipe. Par contre, Solohery est arrivé récemment pour renforcer nos rangs », affirme Tojonirina.
Bien évidemment, la reconversion en tout-terrain nécessite quelques ajustements. « On pratique également le VTT, en tant que loisir. Cette fois-ci, on va concourir contre des adversaires, bien affûtés qui plus est. On doit s’entrainer un peu plus pour être plus endurant. Et aussi, il faut se préparer à porter le vélo sur certaines portions où on ne peut pas passer », rajoute-t-il. Justement, ceux qui ont effectué des reconnaissances sur le circuit de ce dimanche, à Ambohibe Ilafy, ont tous buté sur une portion très ardue, où le portage est indispensable.

Pente de 12%
Les trois membres de l’ACA 67 ha s’aligneront en course par équipe. « On doit rester regroupés. Le plus fort se place devant pour mener le trio. Mais il doit toujours regarder derrière et attendre ses coéquipiers, au cas où l’un d’entre eux serait en difficulté. Parfois même, on s’entraide pour pousser l’un d’entre nous. Les trois équipiers doivent franchir en même temps la ligne d’arrivée », soulignent-ils, à ce propos.
Le parcours du X Country de ce dimanche mesurera trois kilomètres. Les juniors et vétérans devront faire quatre tours. Pour les séniors, ce sera huit boucles. Une ascension d’environ 300 mètres, avec une pente évaluée à 12%, constituera la principale difficulté. Cette montée sera encore plus accentuée vers la fin, puisque la pente passera à 19%.

Haja Lucas Rakotondrazaka