Accueil » Magazine » L’Euro-2016 approche dans un climat anxiogène en France
Magazine

L’Euro-2016 approche dans un climat anxiogène en France

L’Euro-2016, le premier à 24 équipes (10 juin-10 juillet), est censé être une grande fête populaire mais à une semaine du coup d’envoi, le climat est anxiogène en France, entre craintes d’attentats, grèves dans les transports et des Bleus cernés par les polémiques sur le racisme et par les blessures.

Cibles potentielles
Le ministère américain des Affaires étrangères a prévenu ses ressortissants cette semaine: «Les stades de l’Euro, les fan zones et tous les lieux qui diffuseront le tournoi en France et à travers l’Europe représentent des cibles potentielles pour des terroristes.»
La France sait qu’elle est visée depuis l’année 2015, marquée en janvier par les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Casher, puis par ceux du 13 novembre revendiqués par les jihadistes de l’Etat islamique (EI).
Le symbole tragique du 13 novembre, 130 morts au total, reste l’attaque contre la salle de spectacles parisienne du Bataclan. Mais le football aussi était visé puisque trois kamikazes se sont fait exploser autour du Stade de France, faisant un mort et plusieurs dizaines de blessés, alors que s’y déroulait un match amical des Bleus contre l’Allemagne.
Les fan zones cristallisent les craintes et sont au coeur d’un débat permanent: faut-il maintenir ces lieux de rassemblement de masses installés dans les dix villes hôtes pour accueillir les supporters (Bordeaux, Lille, Lens, Lyon, Marseille, Nice, Paris, Saint-Denis, Saint-Etienne et Toulouse)
Six Français sur dix (64%) sont opposés à leur suppression, tout en estimant qu’il est risqué de s’y rendre, selon un sondage publié lundi.
Le préfet de police de Paris a même proposé la fermeture de la fan zone de Paris (92.000 personnes) les jours de match au Parc des Princes et au Stade de France, dans une lettre au ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve en date du 26 mai. Raison invoquée: «l’état d’épuisement avancé» des forces de l’ordre.
. Mouvements de grève
La France sera-t-elle paralysée pendant l’Euro par les mouvements sociaux qui contestent la réforme du droit du travail entamée par le gouvernement socialiste   La guerre des nerfs continue entre ce dernier et les opposants à la loi: les grèves reconductibles perturbent de nouveau les transports à huit jours du match d’ouverture France-Roumanie au Stade de France.
En pointe de la mobilisation, le patron du syndicat contestataire CGT, Philippe Martinez, a accusé l’exécutif de refuser le dialogue, lui renvoyant la responsabilité d’éventuels blocages pendant l’Euro. Il a promis cette semaine «la plus forte mobilisation depuis trois mois».
Dans un pays par ailleurs affecté par des crues record et des inondations, une autre mauvaise nouvelle est venue du ciel pour le gouvernement: trois syndicats de pilotes ont appelé à faire grève du 11 au 14 juin pour défendre l’emploi et protester contre une modification de certaines règles de rémunération.
. Accusations de racisme et polémiques
L’équipe de France, qui jouera sur son sol et est l’un des possibles prétendants au titre, vit une période noire.
La star Karim Benzema, écartée de l’équipe de France pour sa mise en examen dans l’affaire du chantage à la sex-tape contre son équipier en Bleu Mathieu Valbuena, a provoqué un cyclone médiatique en accusant son sélectionneur Didier Deschamps d’avoir «cédé à la pression d’une partie raciste de la France».
La classe politique s’est immédiatement indignée contre ces propos, bientôt suivie par le monde sportif. «Il n’a pas mesuré la dangerosité de ses propos parce que, s’il souhaite devenir un fonds de commerce des recruteurs de Daech, il ne fallait pas s’y prendre autrement», l’a tancé le président du club de rugby de Toulon, Mourad Boudjellal.

PHASE DE GROUPES
Vendredi 10 juin
(21H00) France – Roumanie au Stade à Saint-Denis (Stade de France)
Samedi 11 juin
(15H00) Albanie – Suisse à Lens (Stade Bollaert-Delelis)
(18H00) Galles – Slovaquie à Bordeaux (Stade de Bordeaux)
(21H00) Angleterre – Russie à Marseille (Stade Vélodrome)
Dimanche 12 juin
(15H00) Turquie – Croatie à Paris (Parc des Princes)
(18H00) Pologne – Irlande du Nord à Nice (Stade de Nice)
(21H00) Allemagne – Ukraine à Lille (Stade Pierre-Mauroy)
Lundi 13 juin
(15H00) Espagne – République Tchèque à Toulouse (Stadium)
(18H00) Eire – Suède à Saint-Denis (Stade de France)
(21H00) Belgique – Italie à Lyon (Stade de Lyon)
Mardi 14 juin
(18H00) Autriche – Hongrie à Bordeaux (Stade de Bordeaux)
(21H00) Portugal – Islande à Saint-Etienne (Stade Geoffroy-Guichard)
Mercredi 15 juin
(15H00) Russie – Slovaquie à Lille (Stade Pierre-Mauroy)
(18H00) Roumanie – Suisse à Paris (Parc des Princes)
(21H00) France – Albanie à Marseille (Stade Vélodrome)
Jeudi 16 juin
(15H00) Angleterre – Galles à Lens (Stade Bollaert-Delelis)
(18H00) Ukraine – Irlande du Nord à Lyon (Stade de Lyon)
(21H00) Allemagne – Pologne à Saint-Denis (Stade de France)
Vendredi 17 juin
(15H00) Italie – Suède à Toulouse (Stadium)
(18H00) République Tchèque – Croatie à Saint-Etienne (Stade Geoffroy-Guichard)
(21H00) Espagne – Turquie à Nice (Stade de Nice)
Samedi 18 juin
(15H00) Belgique – Eire à Bordeaux (Stade de Bordeaux)
(18H00) Islande – Hongrie à Marseille (Stade Vélodrome)
(21H00) Portugal – Autriche à Paris (Parc des Princes)
Dimanche 19 juin
(21H00) France – Suisse à Lille (Stade Pierre-Mauroy)
Roumanie – Albanie à Lyon (Stade de Lyon)
Lundi 20 juin
(21H00) Angleterre – Slovaquie à Saint-Etienne (Stade Geoffroy-Guichard)
Russie – Galles à Toulouse (Stadium)
Mardi 21 juin
(18H00) Allemagne – Irlande du Nord à Paris (Parc des Princes)
Ukraine – Pologne à Marseille (Stade Vélodrome)
(21H00) Espagne – Croatie à Bordeaux (Stade de Bordeaux)
République Tchèque – Turquie à Lens (Stade Bollaert-Delelis)
Mercredi 22 juin
(18H00) Portugal – Hongrie à Lyon (Stade de Lyon)
Autriche – Islande à Saint-Denis (Stade de France)
(21H00) Belgique – Suède à Nice (Stade de Nice)
Italie – Eire à Lille (Stade Pierre-Mauroy)
HUITIEMES DE FINALE
Samedi 25 juin
(15H00) H1: 2e groupe A – 2e groupe C à Saint-Etienne (Stade Geoffroy-Guichard)
(18H00) H3: 1er groupe B – 3e groupe A, C ou D à Paris (Parc des Princes)
(21H00) H2: 1er groupe D – 3e groupe B, E, ou F à Lens (Stade Bollaert-Delelis)
Dimanche 26 juin
(15H00) H7: 1er groupe A – 3e groupe C, D ou E à Lyon (Stade de Lyon)
(18H00) H5: 1er groupe C – 3e groupe A, B, ou F à Lille (Stade Pierre-Mauroy)
(21H00) H4: 1er groupe F – 2e groupe E à Toulouse (Stadium)
Lundi 27 juin
(19H00) H6: 1er groupe E – 2e groupe D à Saint-Denis (Stade de France)
(21H00) H8: 2e groupe B – 2e groupe F à Nice (Stade de Nice)
QUARTS DE FINALE
Jeudi 30 juin
(21H00) Q1: vainqueur H1 – vainqueur H2 à Marseille (Stade Vélodrome)
Vendredi 1er juillet
(21H00) Q2: vainqueur H3 – vainqueur H4 à Lille (Stade Pierre-Mauroy)
Samedi 2 juillet
(21H00) Q3: vainqueur H5 – vainqueur H6 à Bordeaux (Stade de Bordeaux)
Dimanche 3 juillet
(21H00) Q4: vainqueur H7 – vainqueur H8 à Saint-Denis (Stade de France)
DEMI-FINALES
Mercredi 6 juillet
(21H00) D1: vainqueur Q1 – vainqueur Q2 à Lyon (Stade de Lyon)
Jeudi 7 juillet
(21H00) D2: vainqueur Q3 – vainqueur Q4 à Marseille (Stade Vélodrome)
FINALE
Dimanche 10 juillet
(21H00) vainqueur D1 – vainqueur D2 à Saint-Denis (Stade de France)

Palmarès

Finales du Championnat d’Europe des nations, dont la 15e édition aura lieu du 10 juin au 10 juillet en France:
1960: URSS (bat Yougoslavie 2-1 a.p.)
1964: Espagne (bat URSS 2-1)
1968: Italie (bat Yougoslavie 1-1 puis 2-0 en finale rejouée)
1972: RFA (bat URSS 3-0)
1976: Tchécoslovaquie (bat RFA 2-2 a.p., 5-3 t.a.b.)
1980: RFA (bat Belgique 2-1)
1984: France (bat Espagne 2-0)
1988: Pays-Bas (battent URSS 2-0)
1992: Danemark (bat Allemagne 2-0)
1996: Allemagne (bat République Tchèque 2-1 b.e.o.)
2000: France (bat Italie 2-1 b.e.o.)
2004: Grèce (bat Portugal 1-0)
2008: Espagne (bat Allemagne 1-0)
2012: Espagne (bat Italie 4-0)

Bilan:
3 titres: Allemagne (et RFA), Espagne
2 titres: France
1 titre: URSS (Russie), Italie, Tchécoslovaquie (République Tchèque), Pays-Bas, Danemark, Grèce