Accueil » A la une » Morondava – Une centrale solaire pour mettre fin au délestage
A la une Politique

Morondava – Une centrale solaire pour mettre fin au délestage

Le Président Rajoelina, lors de l’inauguration de la centrale solaire de Morondava.

Journée marathon à Morondava pour le président de la République. Au programme, il a notamment inauguré une centrale solaire hybride pour répondre aux problèmes du délestage.

RÉDUIRE le délestage à Morondava et même y mettre fin. Voilà l’objectif de la mise en place d’une centrale solaire hybride pour approvisionner en électricité la capitale de la région Menabe et ses environs. Il s’agit surtout de l’aspiration des habitants de la ville, souligne Andry Rajoelina, président de la République, qui a conduit la cérémonie, samedi.

Pour démarrer le long week-end, marqué par la fête de l’Aïd el-fitr, déclarée jour férié, le chef de l’État s’est rendu à Morondava. Une journée marathon marquée par une série d’inaugurations et conclue par un meeting sur le terrain de beach soccer de la ville. Il a attaqué cette journée par l’inauguration de la centrale solaire hybride solaire de Kimony, sise dans la commune de Bemanonga. Un événement qui, d’entrée, met le pied dans le plat sur le problème d’approvisionnement en électricité qui sévit dans la capitale de la région Menabe, depuis plusieurs jours.

Ce problème de délestage, certains habitants de Morondava l’ont fait entendre au locataire d’Iavoloha et sa suite, lorsqu’il est allé à la rencontre de la population au détour d’une cérémonie d’inauguration. Ce fut le cas, lorsqu’il a fait une marche sur la route nouvellement pavée du Fokontany d’Ankisirasira. “Ce n’est pas juste les habitants de Morondava, mais c’est l’ensemble de la population malgache qui aspire à une électricité propre et sans coupures”, déclare le président Rajoelina sur le site de la centrale hybride de Kimony.

Budgétivore

Cet impératif que le site de Kimony réduise la fréquence du délestage dans la capitale du Menabe, le chef de l’État l’a martelé lors de l’inauguration de l’hôpital “Manarapenitra”, de la ville et durant le meeting qui a conclu son déplacement sur place. D’une capacité totale de 3 mégawatts lorsqu’il sera pleinement opérationnel, le site de Kimony produit actuellement 1,3 mégawatts d’électricité. Une production fournie par les plaques solaires qui “sont toutes opérationnelles”, souligne Andry Ramaroson, ministre de l’Energie et des hydrocarbures.

Le ministre Ramaroson ajoute, du reste, que la centrale hybride de Kimony permet à la société Jirama de “faire une économie de 25 000 litres de carburant par mois”. L’appui de ce site dans l’approvisionnement en électricité de la capitale du Menabe devra, également, réduire la facture mensuelle des usagers. Saisissant la balle au bond, le président de la République a insisté sur l’importance de basculer vers l’utilisation de l’énergie renouvelable, comme à Morondava qui est baigné de soleil durant la majeure partie de l’année.

Dans sa prise de parole, le Président dit tout haut un constat général. La Jirama, mise encore pour la majorité de sa production énergétique sur les centrales thermiques budgétivores. “La quasi-totalité des recettes versées dans la trésorerie de l’État, sont injectées dans la subvention de la Jirama”, a-t-il affirmé. Le locataire d’Iavoloha s’est, toutefois, gardé de donner des chiffres. Au lieu de se ruiner à subventionner la Jirama pour l’achat de carburant, surtout, l’État compte investir dans la construction de sites de production d’énergie renouvelable, indique-t-il, en lançant “nous en avons la possibilité”.

Sur sa lancée, le locataire d’Iavoloha déclare que la somme décaissée chaque année pour subventionner la Jirama, surtout en achat de carburant, “permet de construire trois fois plus de projets d’infrastructures que ce que nous faisons actuellement”. En matière d’infrastructures, outre l’inauguration de l’hôpital “Manarapenitra”, l’ouverture officielle du site d’hébergement d’étudiants, a marqué la journée du président Rajoelina, à Morondava

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter