Accueil » A la une » Meurtre et eclavage – Un pasteur et toute sa famille arrêtés
A la une Faits divers

Meurtre et eclavage – Un pasteur et toute sa famille arrêtés

Le fokonolona était sceptique sur le sort du serviteur après que les entrailles aient été retrouvées.

Un quadragénaire a été pris à ses proches par un pasteur et sa famille pour être un serviteur. Des viscères humains ont été retrouvés après la disparition de la victime.

Mouillé dans une affaire de meurtre et d’esclavage moderne, un pasteur a été arrêté avant-hier à Anjahamarina Ampasimbe Onibe. L’homme d’église, son épouse et ses deux fils sont actuellement placés en garde à vue. L’étau s’est resserré autour du pasteur et de ses proches lorsqu’un homme de quarante-quatre ans, serviteur de la famille depuis l’année 2016, a disparu. Alors que le pasteur et les personnes de son entourage ont essayé de cacher à tout prix ce qui est arrivé au quadragénaire, la famille de ce dernier, bien que résidant à Vohipeno Fénérive-Est, s’est dépêchée à Anjahamarina Ampasimbe Onibe pour faire des recherches.

Aidée par une soixantaine de villageois qui ont passé au peigne fin les environs, la famille du quadragénaire a retrouvé des viscères dans un champ de vanille du pasteur que le disparu surveillait la nuit. Tiraillés par le fokonolona après cette embarrassante découverte, le pasteur et ses proches ont clamé haut et fort qu’il s’agissait d’entrailles de sanglier. Le mensonge a été néanmoins de courte durée. Lorsque les organes retrouvés ont été conduits avant-hier au Bureau municipal d’hygiène (BMH) à Toamasina, le médecin légiste a indiqué qu’il s’agit d’intestins humains. Le fokonolona en avait alors déduit qu’il pourrait bien s’agir de ceux du disparu et qu’apparemment ce dernier a été tué.

Maltraitances

Le quadragénaire souffre d’un léger retard intellectuel selon sa famille. En 2016, le pasteur l’a pris à ses proches à Vohipeno Fénérive-Est pour soi-disant le soigner. Ce qui l’attendait était néanmoins bien différent des promesses faites à ses proches. Des témoignages de riverains ont révélé que le malheureux labourait les champs et les rizières du pasteur le jour. La nuit, il dort dans les champs de vanille pour protéger la récolte des maraudeurs. Toutes ces tâches auraient été faites bénévolement.

Pire, l’alimentation serait très insuffisante et le quadragénaire avait été de surcroît battu en cas d’inconvenance. Les deux fils du pasteur ont été montrés du doigt d’avoir levé la main sur lui jusqu’à ce qu’il perde conscience une fois. Pendant les cinq années qui se sont écoulées, la famille de la victime affirme n’y avoir vu que du feu. L’abcès a été néanmoins crevé le jeudi 21 avril lorsque le pasteur l’a appelée pour lui informer que le quadragénaire avait disparu.Rongés par l’inquiétude, les proches de ce dernier ont voulu tout de suite se rendre à Anjahamarina Ampas imbe Onibe mais l’homme d’église ne voulait pas qu’ils viennent, sous prétexte que les recherches battent leur plein. La famille du disparu s’est rendue sur place. En passant au peigne fin les environs, ils ont découvert les entrailles, enfouies dans le champ de vanille du pasteur.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter