Accueil » Economie » Secteur privé et coronavirus – Le GEM secoue l’État
Economie

Secteur privé et coronavirus – Le GEM secoue l’État

Thierry  Rajaona,  président  du  GEM,  voit  une  relance si  l’État  y  participe  activement.

Le Groupement des Entreprises de Madagascar (GEM) lance un énième appel aux autorités publiques pour considérer réellement la relance économique.

Investir massivement dans l’agriculture. c’est l’une des propositions du Groupement des Entreprises de Madagas­car (GEM) dans une interview donnée par son président, Thierry Rajaona, sur une chaîne de télévision africaine, relative à la croissance de Madagascar malgré la covid-19. D’après ses propos, dans le contexte actuel, le GEM doute de la capacité du pays à atteindre un taux de croissance raisonnable.

« Le FMI table sur une croissance de 3, 2% et la Banque mondiale est plus pessimiste avec 2, 1%. Madagascar peut atteindre un taux de croissance de 5% en 2021, si et seulement si,… le pays adopte une politique keynésienne avec des investissements massifs dans l’agriculture et dans les infrastructures » explique-t-il. concernant l’agriculture, Thierry Rajaona propose d’investir dans la filière riz en particulier, car il n’est pas acceptable que Madagascar importe encore 10% de ses besoins en cette denrée alimentaire.

«.. Il est tout à fait possible… dans un délai très court, d’être autosuffisant en riz et pourquoi pas exporter en Afrique » poursuit-il. Concernant les infrastructures, il a mentionné que l’investissement dans le secteur reste encore faible.

Survie

Le président du GEM a également fait part du fait que le taux d’endettement public de 40% du pays est le plus faible en Afrique, lui donnant alors la capacité d’augmenter sa dette.

L’emprunt de 24 millions de dollars, accordé par la Banque mondiale aux PME et PMI, constitue une bouée de sauvetage, bien qu’il soit faible par rapport aux besoins de l’économie. « Les lignes de garantie permettent de garantir 75% des crédits de trésorerie ou d’investissements » a encore précisé le GEM. L’État est capable d’élargir ce montant. Il a rappelé que deux secteurs majeurs sont noyés dans les impacts de la pandémie,le Tourisme et les Mines. 45 000 emplois directs et 300 000 emplois indirects du Tourisme sont touchés de plein fouet.

Madagascar assure 6% de la production mondiale d’ilménite et la production ainsi que le prix du nickel et cobalt ont catastrophiquement baissé en 2020. La décroissance de 3, 8% en 2020 n’a pas été connue par le pays en 10 ans et alors que la croissance était en trajectoire ascendante en 2019. Par ailleurs, le privé sollicite un traitement égalitaire en cas de retour vers le confinement.

Les fonctionnaires ne devraient pas non plus percevoir leur salaire en cas de confinement parce que le secteur privé ne reçoit pas d’aide financière alors qu’il est contraint d’arrêter ses activités. Alors que c’est le secteur privé qui assure le salaire des fonctionnaires par le biais des impôts et taxes.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter