Accueil » Social » Bilan covid – Onze nouveaux décès dus au coronavirus
Social

Bilan covid – Onze nouveaux décès dus au coronavirus

Ce  n’est  pas  un  poisson  d’avril  mais  les  chiffres  réels  du  1er avril.

Les personnes qui succombent au coronavirus augmentent, de jour en jour. Le reconfinement pourrait être acté, ce jour.

L’épidémie de coronavirus fait des ravages. Onze personnes ont succombé au coronavirus le 1er avril. Cinq morts sont survenus dans la région d’Analamanga, trois dans le Boeny, un à Atsinanana, un à Analanjirofo et un à Sofia. C’est ce qui a été annoncé lors du bilan épidémiologique sur l’évolution du coronavirus, le 2 avril. La maladie a tué au moins quatre cent quarante-quatre personnes, en un an. Près de cent quatre-vingt personnes sont décédées depuis le début de l’année, soit, en trois mois. Et quarante-et-une, en trois jours successifs, depuis le 30 mars.

En parallèle, les nouveaux porteurs du virus sont en hausse constante et se propagent dans plusieurs régions. Deux cent soixante-douze nouveaux cas confirmés positifs, le 1er avril, dans quatorze régions. Analamanga reste l’épicentre de l’épidémie. Sur ces deux cent soixante-douze nouveaux cas, cent trente se trouvent à Analamanga, vingt neuf à Alaotra Mangoro, vingt à Diana, vingt à Analanjirofo, dix-huit dans l’Anosy, quatorze à Atsimo Andrefana, treize à Atsinanana, onze dans le Sava, neuf à Boeny, trois à Matsiatra Ambony, deux dans l’Atsimo Atsinanana, un dans le Sofia, un à Menabe et un à Amoron’i Mania.

Hécatombe

Les porteurs du virus sous traitement augmentent à deux mille deux cent vingt-quatre. Deux cent quarante-trois présentent les formes graves de la maladie. Les hôpitaux et les centres de traitement de Covid-19 sont saturés avec ces milliers de cas et ces deux cents formes graves. Les professionnels de santé sont débordés et fatigués. L’oxy­gène disponible ne suffit pas pour couvrir les besoins de ceux qui souffrent de détresse respiratoire. À ce stade, le confinement est inévitable.

La chaîne de transmission du virus doit être coupée, pour éviter une hécatombe. Pour cela, tout le monde doit rester chez soi, pendant un certain temps. Certes, un reconfinement va mettre en péril la survie de beaucoup de familles. Notamment, celles qui vivent au jour le jour et qui n’ont pas de sources de revenu disponibles à chaque fin du mois.

Des personnes qui ne mangent rien, si elles ne travaillent pas. Mais il n’y a pas d’autres alternatives que le confinement, si on refuse de respecter les gestes barrières, comme le port du masque, la distanciation physique de un mètre et le lavage des mains qui seraient pourtant efficaces dans la lutte contre la propagation du virus. On connaîtra ce soir les mesures prises par l’État, face à cette propagation de la maladie.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter