Culture

Événement – Nosy Be Jazz Festival écrit son histoire

Le Nosy Be Jazz Festival s’est achevé hier sur des notes très positives. Quelques milliers de visiteurs ont fréquenté cette deuxième édition.

Épuisés mais heureux et comblés. Telles sont les qualifications décrivant au mieux les sentiments des organisateurs du Nosy Be Jazz festival qui en est à sa deuxième édition et qui compte encore faire parler de lui. Un événement qui s’est déroulé le 31mars au 2 avril à Nosy Be, avec plus de dix artistes internationaux, l’affiche du festival était riche en couleurs. Le Festival s’est ainsi clôturé dans l’euphorie et la bonne humeur du public local en liesse, avide de bonne sonorité, dans la soirée d’hier, sur la scène du Beach Bar d’Ambatoloaka, avec tous les artistes de métier à son affiche des artistes folkloriques locaux. Bref, Le pari des organisateurs est réussi. Voilà qui donne envie d’aller plus loin encore dans le jazz et la musique créative et d’en faire profiter un maximum de monde. Aux vues de ces excellents résultats, le Nosy Be Jazz Festival sera maintenu en régie l’année prochaine, qui touchera encore plus le domaine du tourisme, culturel et promet d’être encore plus cosmopolite pour le plus grand plaisir du public.

Sensationnel
Au niveau des concerts, les choses se sont très bien passées. Le public, composé d’étrangers et locaux, pour la plupart, est venu répondre de manière très timide à l’invitation du président du comité Niry Ravelojaona. Hormis la soirée de dimanche et Lundi où Silo et le Dj David Andriamasy ont reçu un public massif et de qualité. Avec ses compositions improvisées, il a illuminé la soirée. Ses compos sont un concentré de soul et de jazz. Même dans les moments les plus retenus, comme sur «Savolaina» par exemple, l’intensité ne faiblit jamais.
La journée du lundi de Pâques, c’est le chanteur David Linx qui a animé le show. Il a produit un spectacle de qualité où l’influence belge se faisait bien sentir avec son timbre particulier. En second lieu, Pierre Alain Goualch a ravi le public par la qualité de son jazz métissé et très fusionné. ¨Pour boucler, Lalatiana a produit un jazz fusion de belle facture ou classicisme et modernité, cohabitant harmonieusement. Elle, qui est de la vieille garde, a su s’adapter à l’air du temps.
A la fin de la dernière soirée, Niry Ravelojaona a exprimé toute sa satisfaction devant la belle prestation des différents groupes. « Je suis très satisfait de cette deuxième édition. Le festival a grandi et cette année, nous sommes passés à dix groupes. Je suis aussi satisfait des ateliers qui se sont déroulés car ces forts moments d’échanges ont permis à de jeune s artistes malgaches de jouer avec des sommités comme David Linx, Gianni Lenoci et Pierre Alain-Goualch », a-t-il ajouté. Le jeune saxophoniste Tsanta a d’ailleurs été invité par Le duo Nabil Beyet Gianni Lenoci sur scène. Les artistes ont tous rempli leur contrat à l’instar de Aina Cook, Kyle Allen, Full Vao Band, Fanfare de Nosy Be…

Sitraka Rakotobe