Leurre c’est leurre


Une nouvelle plateforme qui réunit les grosses têtes de l’opposition pour tirer la sonnette d’alarme a vu le jour la semaine dernière. Il n’y a rien de nouveau à cela. Les relations incestueuses en politique sont monnaie courante. Elles se font et se défont au gré des intérêts politiques et de l’ennemi commun. L’opposition d’hier se mue en majorité d’aujourd’hui et vice-versa. Autrement dit les membres de cette plateforme ont été au pouvoir à un moment ou à un autre de l’histoire. Ils ont fait exactement ce qu’ils reprochent au régime d’aujourd’hui. Des arrestations arbitraires, entorses à la liberté de la presse et d’expression, violation de la Constitution, part belle à la corruption, instrumentalisation de la justice… ce sont des héritages légués d’un régime à l’autre sans la moindre modification. C’est ainsi depuis la première République. Les mouvements de rue et les élections sont systématiquement suivis de désenchantement et de désespoir. Ceux qui se sont laissés emporter par les promesses mirifiques s’en mordent les doigts et ont l’oreille basse. Il n’y a ainsi rien à espérer de cette plateforme dont le seul programme reste les critiques acerbes contre le régime. Si demain ils arrivent au pouvoir d’une manière ou d’une autre, il est hasardeux de dire qu’ils vont trouver des solutions miracles au délestage, à l’insécurité, à la corruption, à l’inflation, à la famine, aux coupures d’eau, au chômage, aux viols… Aucun programme dans ce sens n’a été entendu. Mais il est évident qu’il y a des choses qu’on peut améliorer sans nécessiter des grands moyens, que des priorités ne sont pas respectées, que des scandales se multiplient mais il faut plutôt proposer des solutions à la place des blâmes et des condamnations. Si le pouvoir en place ne commet des bourdes dans la gestion et la gouvernance du pays, l’opposition serait donc réduite au silence. Jusqu’ici les débats se limitent aux maladresses à répétition du camp d’en face. Dans ces conditions il y a très peu de chance qu’un changement de régime puisse apporter un changement des réalités quotidiennes de la population. À moins d’un miracle. On ne fait pas du neuf avec des vieux.
Plus récente Plus ancienne