Accueil » Sport » Sports de combat – Fazaraly à la recherche de futurs combattants pros
Sport

Sports de combat – Fazaraly à la recherche de futurs combattants pros

Fazaraly est de passage au pays pour partager  ses expériences.

La voie s’ouvre. Le combattant professionnel en muay thaï, kick-boxing et K1, Elfazar Fazaraly Razanajatovo dir Super Bad Boy et son cousin, Johnson Rakotoarivelo sont de passage au pays pour quelques semaines de vacances. Ils ont tenu avec leur club d’origine, Grande île sport et loisirs (Gisl),une conférence de presse ce samedi au Ny Maraina Anosy, pour retracer leur succès et leurs perspectives. Profitant de ce passage au pays, Fazaraly organisera un stage de kick-boxing, muay thaï et K1 les 6, 7 et 8 février au dojo de Gisl au sous-gradin Mahamasina. «Nous détecterons durant ces trois jours des combattants qui pourront rejoindre notre club en Chine. Les critères sont stricts. Outre les qualités techniques, nous exigeons leur moyenne d’âge entre 18 et 25 ans et surtout une bonne conduite. Les prétendants devraient aussi maitriser au moins l’anglais, indispensable dans la carrière d’un combattant pro», précise Johnson Rakotoarivelo, un des coaches de Fazaraly en Chine. Les deux expatriés comptent trouver deux à quatre combattants ou aussi aucun, tout dépend des qualités des participants au stage.
Fazaraly a débuté sa carrière pro vers la fin 2017. Il a été choisi et invité par son cousin Johnson Rakotoarivelo, également un kick-boxer qui évolue en Chine depuis 2014. Le Super Bad Boy est arrivé là-bas le 25 décembre 2017 et il avait, sans attendre, disputé et remporté son premier combat le 27 décembre. Les Chinois l’appellent aussi Ferrari, en raison de la vitesse de ses puissantes frappes. En deux saisons, il compte seize combats dont onze victoires et trois défaites. La plupart ont été disputés en Chine et quelques uns en Thaïlande, Hong Kong et Cambodge. Il évolue dans la catégorie entre 63kg et 68kg au club Tiger Fight, dans la ville de Jiangxi Nanchang. Etant professionnel, il a perçu 10 000 yen par victoire soit 335 000 ariary au début et cela a évolué au fur et à mesure que son palmarès prend de l’envergure. «Mon objectif principal est de remporter le titre mondial et plusieurs ceintures » lance-t-il. Fazaraly a aussi rassuré qu’il n’a pas ramené le fameux Coronavirus au pays car «j’ai passé trois mois de stage en Thaïlande avant de venir ici. J’ai juste passé deux jours en Chine avant de prendre l’avion ».

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi