A la une Sport

Football – 2020, année décisive pour les Barea

Madagascar vise une deuxième participation consécutive à la phase finale de la CAN. La Grande île entrera aussi en lice aux éliminatoires du Mondial.

La page 2019 est définitivement tournée et il est temps de se pencher sur les prochaines étapes.
« Notre objectif est avant tout de réaliser le doublé CAN 2019 – CAN 2021. Ce serait historique », martèle souvent Nicolas Dupuis dernièrement. Telle sera la principale mission de la sélection malgache pour cette nouvelle année.

Au menu, une double-confrontation avec la Côte d’Ivoire, en septembre, pour le compte des troisième et quatrième journées des éliminatoires de cette CAN 2021. S’ensui­vront un déplacement en éthiopie, en octobre et enfin, la réception du Niger, en novembre.

Sans excès de confiance, on peut dire que les Barea ont d’ores et déjà un pied au Cameroun. Et ce, grâce à leurs précédents succès sur les Antilopes et le Mena. Ils occupent actuellement le fauteuil de leader du groupe K, avec six points. Ils auront une première balle face aux Eléphants dans neuf mois. Et encore, en cas d’éventuels accrocs avec les Ivoiriens, il restera encore deux rencontres pour corriger le tir.

Avant de reprendre ces qualifications de la CAN 2021, Abel Anicet Andria­nantenaina et ses coéquipiers entameront d’abord la course au Mondial 2022.

Marge d’erreur
Exempté de premier tour, Madagascar effectuera ses premières apparitions en mars et en juin, pour le compte du deuxième acte. Il faudra attendre le tirage au sort de ce mardi 21 janvier, pour connaître la poule dans laquelle la Grande île évoluera et ses trois futurs adversaires (ndlr : les quarante pays seront départagés en dix groupes de quatre équipes). Certes, rien n’est encore officiel, mais elle devrait probablement se trouver dans le chapeau n°3 lors de ce tirage, en compagnie de la Mauritanie, de la Libye, du Mozambique, du Kenya, de la Centrafrique, du Zimbabwe, du Niger, de la Namibie et de la Guinée Bissau.

Seule la meilleure nation de chaque groupe se qualifiera pour le troisième et dernier tour. « On est condamné à ne réaliser que des exploits », confie Dupuis à ce propos. Et oui, la marge d’erreur est quasi nulle. D’où l’importance de bien débuter les éliminatoires en mars et en juin. Et encore, il restera les barrages en guise d’ultime étape, derrière. Avec autant d’embuches, le chemin qui mène au Qatar, s’annonce plus difficile. Mais les Barea « promettent de faire le maximum pour y arriver ».

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter