Actualités Politique

Opposition – Le Mapar n’attend plus rien de Rajaonarimampianina

Les partisans d’Andry Rajoelina estiment que Hery Rajaonarimampianina ne devrait pas resterau pouvoir plus longtemps que la durée de son actuel mandat.

Plus aucun espoir. Pour le mouvement des partisans de l’ancien président de la transition Andry Rajoelina (Mapar), le régime Rajaonarimam­pianina ne doit plus chercher à se maintenir coûte que coûte au pouvoir.
À entendre Christine Razanamahasoa, ancienne ministre de la Justice sous la transition, l’équipe de l’actuel président de la Répu­blique doit, au contraire, trouver les moyens de sortir par la grande porte. Tout autre manière pourrait, estime-t-elle, entraîner des réactions de contestation de la part de la population.
« Il n’y aura plus et on n’espère plus de miracle de la part des autorités actuelles », martèle la députée Christine Razanamahasoa. « Le président de la République en est à plus de la moitié de son mandat, et rien de concret n’a été réalisé. Il lui sera alors difficile de faire croire en des lendemains meilleurs aux Malgaches qui vivent dans les affres de la pauvreté », poursuit-elle.
Elle souligne alors que « tout ce que l’équipe de Rajaonarimampianina doit faire maintenant, c’est trouver les moyens de terminer ce mandat dans la dignité ».
Discrétion
Cette proche de l’ancien président de la transition n’hésite pas à brandir la menace d’une « deuxième tentative de déchéance du chef de l’État par l’Assemblée nationale » si Hery Rajaonarimam­pianina persiste à vouloir briguer un deuxième mandat, ou pire, prolonger son actuel mandat comme ses partisans le pousseraient à faire afin de terminer les projets dont le démarrage est attendu dans les prochains mois.
Elle n’exclut pas non plus des manifestations populaires si « le chef de l’État continue de tout faire pour se maintenir au pouvoir ». « Les gens y verront des velléités dictatoriales », analyse-t-elle, ajoutant, néanmoins, que « il ne tient qu’au chef de l’État d’éviter pareil drame ».
Bien que le Mapar refuse de verser dans l’opposition officielle, sa position est claire ces trois dernières années. Andry Rajoelina, de son côté, préfère garder le silence sur les affaires nationales. Au réveillon, l’ancien président de la transition s’est contenté de formuler des vœux, évitant d’évoquer des sujets politiques et polémiques.
« Chaque chose en son temps. Il y a un moment pour parler, mais il y a aussi un moment pour se taire. Pour l’heure, il a choisi de ne pas s’exprimer », poursuit encore Christine Razanamahasoa.
Du côté du parti présidentiel Hery vaovao ho an’i Madagasikara (HVM), l’on semble également prioriser la réalisation et la mise en œuvre des projets structurants promis à la population. Le parti avait bien appelé le chef de l’État à se présenter à la prochaine élection présidentielle lors de son congrès régional à Fiana­rantsoa, mais son président national semble préférer rester discret sur le sujet.
« Il y a peut-être eu des failles, mais le président de la République continue d’avancer vers la réalisation de tout ce qu’il a promis, et vers la concrétisation de la vision qu’il a formulée », conclut-il.

Juliano Randrianja