Accueil » Politique » JIRAMA – Un coup de balai en vue
Politique

JIRAMA – Un coup de balai en vue

Le ministre Ramaroson annonce de nouvelles nominations à la Jirama à partir de la semaine prochaine. 

Sauf changement, de nouvelles nominations à la direction de la Jirama devraient s’enchaîner à partir de la semaine prochaine. Les évaluations, mais surtout les péripéties judiciaires actuelles sont les déclencheurs.
Lundi. Andry Ramaroson, ministre de l’énergie et des hydrocarbures, est précis sur la question. Lundi, selon ses dires, « il devrait y avoir de nouveaux responsables à la Jirama ».
Ces mots du ministre de l’énergie et des hydrocarbures ont été dits en réponse à la presse, hier, en marge de l’inauguration de la centrale hydroélectrique de Farahantsana. D’après ses explications, les nouvelles nominations dans le staff de la direction de l’entreprise de production et d’approvisionnement en eau et électricité découlent « d’appels à candidature en interne », émis par son conseil d’administration. Le membre du gouvernement n’a toutefois pas précisé à quels postes, ces nouvelles nominations seront-elles destinées.
à entendre Andry Ramaroson, des directeurs happés par l’affaire des primes exceptionnelles à la Jirama pourraient être remplacés.
« Ces directeurs qui ont été traduits devant le PAC [Pôle anti-corruption] ne sont évidemment plus opérationnels à 100%. Ils ne seront plus focalisés à 100% sur leur travail et nous ne pourrons plus ainsi leur confier entièrement la conduite des affaires au sein de l’entreprise », déclare le ministre de l’énergie et des hydrocarbures.

Mandat d’arrêt

Le membre du gouvernement ajoute que les intérimaires de ces directeurs embourbés dans une tourmente judiciaire ne pourront pas non plus assurer à 100% le bon déroulement du travail à la Jirama. La direction générale de cette entreprise a pourtant été conduite par un intérimaire depuis plusieurs mois. De prime abord, ces appels à candidature en interne font suite aux conclusions des entretiens des directeurs de la société d’eau et d’électricité, faits par son conseil d’administration, le mois dernier.
Plus d’une dizaine de directeurs n’auraient pas réussi les entretiens. S’agissant des nouvelles nominations, une question s’impose pour le cas de Rivo Radanielina, directeur général par intérim de la Jirama. Officiellement pour des raisons de santé, il a disparu des radars depuis plusieurs jours. Il n’a ni assisté, ni participé aux batteries d’entretiens auxquels ont été soumis ses collaborateurs au sein du staff de l’entreprise d’eau et d’électricité.
Le directeur général par intérim de la Jirama n’a pas non plus répondu à la convocation du PAC pour audition. Ce qui lui a valu un mandat d’arrêt.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Le premier qui devrait être happé par la justice c’est ce ministre . Non seulement il n’est pas en odeur de sainteté à cause de sa gestion magouilleuse du ministère. Les syndicats sont là pour apporter la pierre à l’édifice des subterfuges du concerné sur des cas flagrants de favoritisme concernant l’attribution de véhicule personnel avec la complicité des membres du conseil d’administration . Et bien d’autres malversations nécessitent une information judiciaire .

  • PRIVATISATION !!!!! PRIVATISATION !!! PRIVATISATION de cette nullité de Jirama
    et comme nous n’avons plus rien à perdre autant d’essayer un autre PDT dans 1 an, cela ne pourra pas être pire.