Accueil » Faits divers » ANKASINA 67HA – Deux éventreurs de policiers abattus
Faits divers

ANKASINA 67HA – Deux éventreurs de policiers abattus

Les deux bandits ont été abattus armes en main.

Tapis dans le noir attendant des passants à détrousser, un duo criminel qui a récemment poignardé un policier en a eu pour son grade. Des policiers en tenue civile l’attendaient de pied ferme.

Les balles ont sifflé aux oreilles à Ankasina. Deux individus activement recherchés sont tombés sous les balles des forces de police. Ces deux individus abattus sont identifiés comme étant des détrousseurs. Le duo criminel et leurs comparses écumaient les quartiers des 67ha, Ankasina, Isotry, Antohomadinika, Andava­mamba et les environs. Munis de poignards et d’armes blanches, la bande s’attaquait surtout aux passants qui regagnaient leurs foyers le soir. Sans foi ni loi, ils n’hésitaient pas à éventrer leurs victimes. Dans le courant du mois de novembre, ils avaient déjà poignardé un policier. Grièvement blessé, celui-ci avait dû être placé en observation médicale.
Dans la soirée d’avant-hier, les éléments du commissariat du septième arrondissement aux 67ha leur ont donné du fil à retordre. En tenues civiles, des policiers armés se sont fondus dans le décor, se faisant passer pour de simples passants. Les bandits attaquaient les piétons quand ils se sont heurtés de plein fouet à la police. Engagés dans une confrontation mortelle, les policiers ont fait parler leurs armes. Les deux individus ont chacun reçu une balle en pleine tête.

Deux sabres

Ces fusillades se sont produites aux alentours de 19h30. Alors que des piétons s’empressaient de rentrer chez eux, les détrousseurs embusqués se sont tapis dans la pénombre, attendant le moment de bondir sur leurs proies. Cette fois-ci, la police les a pris à contrepied. Deux sabres ont été retrouvés sur les bandits.
Les deux hommes tués par les éléments du septième arrondissement sont âgés d’une vingtaine d’années. Ils habitaient dans les environs, selon les informations recueillies. Une heure après l’affrontement, leurs dépouilles ont été conduites à la morgue du Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona. Hier après-midi, leurs proches se sont rendus sur place pour procéder à leur identification, après les avoir vainement attendus la nuit. Dès l’aube, les familles des défunts ont commencé les recherches mais c’est seulement dans l’après-midi qu’ils ont retrouvé les corps à la morgue. La brigade criminelle auprès de la police judiciaire a ouvert une enquête. Une autopsie sera pratiquée ce jour sur les corps.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter