Accueil » Régions » Julio Rocco Toavina Rakotoarivony – « Le désenclavement numérique du Sud est en bonne voie »
Régions

Julio Rocco Toavina Rakotoarivony – « Le désenclavement numérique du Sud est en bonne voie »

Le retard sur la couverture numérique sera rattrapé pour Atsimo Andrefana, Anosy, Androy et Menabe. Julio Rocco Toavina Rakotoarivony, directeur interrégional des Postes, télécommunications et du développement numérique pour la province de Toliara, apporte quelques précisions.

Comment faire accéder le numérique dans ces régions du Sud quelque peu en retard ?

Les territoires enclavés seront priorisés. Les zones rurales ont droit à la technologie, dans l’objectif de faire émerger l’économie rurale et les zones rurales. Les communautés rurales ont leurs potentialités économiques et sociales et aussi leurs besoins en technologie. Mais elles n’ont pas toujours le moyen de le faire car on ne leur en a pas offert la possibilité. Le ministère des Postes, des télécommunications et du développement numérique déploie actuellement trois projets majeurs axés sur des solutions technologiques pour cette émergence rurale.

Quels sont ces besoins technologiques des communautés en zones enclavées ?

L’information, l’inclusion financière, le transfert d’argent, le réseau téléphonique et l’amélioration du réseau téléphonique, des moyens technologiques pour effectuer des rapports entre les communautés et aux hiérarchies en ville, des apprentissages. Bref, des moyens qui leur permettront de développer leurs activités en agriculture, ou en élevage, ou de commerce ainsi que l’amélioration de leur vie quotidienne.

Comment les zones rurales peuvent-elles se les offrir ?

Nous développons présentement le concept de « Smart village ». Un projet qui consiste à accompagner les zones enclavées en technologie et en connectivité, tout en vulgarisant les TIC. Ce sont les technologies et le numérique qui vont vers ces localités en mettant en place des infrastructures. Notamment un bâtiment alimenté en panneaux solaires qui réunira toutes les technologies et une antenne satellite VSat. L’infrastructure accueillera les services de la Poste tels que la connexion internet, Tsinjo Lavitra ou comptes courants, les envois et réception de colis, le transfert d’argent, un cybercafé, des émissions et réceptions d’appel et la consultation de contenu local offline. La technologie permettra d’améliorer la qualité du réseau téléphonique des zones éloignées. Ainsi, Beroroha qui ne bénéficie que du réseau 2G aujourd’hui, aura bientôt accès au 4G.

Combien de « Smart Village » seront mis en place et seront-ils situés au niveau des communes ?

Cinq communes seront priorisées avant la fin de l’année. Miary Taheza (Sakaraha), Itampolo (Ampanihy), Tongo bory (Betioky), Tandrano (Ankazoabo) et Marerano (Beroroha). Au niveau national, cinquante « Smart village » seront mis en place dans un avenir très proche et cent trente à plus long terme.

Quand on parle de technologie et de numérique, il y a les en jeux du coût. Combien tout cela coûterat-il aux communautés rurales ?

Pour le moment, je ne peux avancer un montant exact pour la connexion internet, mais le coût sera très abordable. Les autres offres classiques de la Poste se rangeront au prix déjà opérationnel sur tout le pays.

Vous avez parlé de deux autres projets, outre le «Smart Village», pour vulgariser le TIC.

Oui, en parallèle au « Smart Village », la province bénéficiera de l’accès wifi gratuit. « Le hot spot wifi » consiste à mettre en place du wifi dans des endroits fréquentés, cette fois-ci dans les districts de Toliara I, Sakaraha, Betioky et Ampanihy pour Atsimo-Andrefana. Huit hot spot wifi seront opérationnels dans la province dont quatre pour Atsimo Andrefana, deux pour Menabe, un dans l’Androy et un pour Taolagnaro. Celui de Toliara I, par exemple, sera installé au bureau de la Poste. Mais bien qu’il soit gratuit, l’accès n’est pas illimité. Le troisième projet est le Rebranding de la Poste dans tous les districts. Accueil, qualité de service, ouverture et proximité avec la clientèle.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter