Accueil » Economie » Élevage – Les boucles électroniques sur les zébus effectives
Economie

Élevage – Les boucles électroniques sur les zébus effectives

Le  Président  Andry  Rajoelina  constate  de  visu  le  processus de  bouclage  électronique  d’oreilles  de  zébus.

Les zébus doivent désormais être équipés de boucles d’oreilles électroniques pour pouvoir être commercialisés. Cette obligation entrant dans le cadre du développement du secteur de l’Élevage a attendu le lancement officiel d’hier. Après de longs mois de préparation, le système de bouclage électronique des zébus dans un objectif de traçabilité, est enfin opérationnel.

Le lancement des boucles électroniques sur les zébus s’est déroulé hier dans la commune rurale d’Ankara­- mena, district de Tolagnaro, qui a eu l’honneur de recevoir le président de la Répub­lique, Andry Rajoelina. Le choix d’Ankaramena n’est pas fortuit a fait remarquer la mairesse, Arline Atallah, car la commune abrite le marché régional de bovidés depuis 60 ans. « C’est un marché stratégique de bovidés avec l’arrivée hebdomadaire des commerçants des régions Androy, Anosy et Sud-est. Il existe depuis l’indépendance du pays » a-telle déclaré hier.

Elle a pro fi té de son moment de discours pour demander un marché aux zébus aux normes car celui qui existe actuellement n’a même pas de couloir de vaccination. Ce en quoi le président de la République Andry Rajoelina a répondu favorablement.

Partagés

Le chef de l’État a en outre souligné l’importance du système de bouclage électronique d’oreilles de zébus. «…La traçabilité électronique des zébus à travers les boucles électroniques réduira considérablement l’insécurité avec les vols de bovidés. Jusqu’à la fin de cette année, cinquante mille boucles électroniques pour les zébus seront éparpillées dans les régions du Sud » a-t-il déclaré.

La préparation n’a pas été chose aisée, d’après les explications des parties prenantes dans ce système de bouclage digital. Il y a eu des consultations publiquesprivées, des ateliers de formation et d’informations sur le ‘zebuscan’, le logiciel permettant l’effectivité d’identification et de traçabilité, et une phase d’expérimentation.

Les informations sur les zébus, nécessitant depuis longtemps d’innombrables paperasseries seront, à partir de maintenant, contenues dans les boucles électroniques des zébus. « Cela m’arrange car si jamais mon bétail arrive à être subtilisé par les voleurs, il pourrait être tracé par la simple utilisation d’un téléphone. D’après ce qu’on nous a expliqué, les détails, depuis l’identification, la vaccination, la couleur et l’âge, sont contenus dans la boucle électronique du zébu. Et pour être acceptés sur le circuit commercial, les zébus doivent tous être bouclés » explique Ramaro, éleveur d’Ankaramena, présent au lancement d’hier.

Un autre éleveur a demandé des boucles d’oreilles plus petites pour ne pas entraver la santé de l’animal. D’autres acteurs craignent l’apparition de difficultés avec ce système de traçabilité qui « écrase » la plate bande de certaines autorités compétentes dans le commerce de zébus.

En tout cas, le lancement d’hier a vu la présence de membres du gouvernement tels que le ministre de l’Inté­rieur et de la décentralisation, celui de l’Agriculture et l’élevage, incontournables dans la mise en œuvre de ce nouveau système d’identification et de traçabilité du bétail (LITS).

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter