Accueil » A la une » Insécurité alimentaire – L’armée part en guerre contre le « kere »
A la une Régions

Insécurité alimentaire – L’armée part en guerre contre le « kere »

De hauts responsables militaires aux côtés du ministre de la Défense nationale, lors d’une revue des troupes en partance pour le Sud, hier.

Une garnison militaire est envoyée dans le Sud du pays. Elle va prêter main forte aux opérations d’urgence en réponse à la détresse alimentaire subie par la population locale.

Ils sont au nombre de quatre cents. Ils ont quitté la capitale, hier, pour rejoindre les localités du Sud du pays. Quatre cents militaires, dont des médecins, envoyés en renfort des actions humanitaires imposées par les conséquences délétères de l’insécurité alimentaires dans cette partie de la Grande île.

À la tête de ce bataillon, se trouve le général Jocelyn Rakotoson, adjoint du chef d’état-major de l’Armée de terre. Comme le souligne le général Richard Rakotonirina, ministre de la Défense nationale, sa mission est de « renforcer la sécurité dans cette partie du pays, mais surtout, de prêter main forte aux autres départements étatiques et entités humanitaires, qui participent aux opérations d’urgence destinées à aider les compatriotes qui souffrent du Kere ».

Aussi, ces éléments de l’armée apporteront-ils essentiellement un appui logistique aux actions humanitaires. Les camions et d’autres matériels roulant de la Grande Muette sont ainsi affectés dans le Sud. Outre les vivres, le bataillon commandé par le général Rakotoson s’attèlera, également, au transport et à la distribution d’eau pour les habitants de chaque localité touchée par la sécheresse et la détresse alimentaire.

« Vous serez au chevet de nos compatriotes. Vous leur apporterez tous les appuis nécessaires », ajoute le ministre Rakotonirina.

Au chevet des compatriotes

Après avoir bataillé contre le coronavirus, voici donc que l’armée part en guerre contre le « Kere », dans le Sud. Une fois de plus, une partie de l’opinion publique s’interroge sur la nécessité de déployer une garnison de militaire lourdement armée, alors qu’il s’agit de redresser une situation d’insécurité alimentaire.

Durant la période de confinement, en effet, la Grande Muette a fait l’objet de raillerie lorsque ses éléments, à pied ou à bord de cuirassés, en tenue de combat et armes à la main, ont sillonné les quartiers de la ville. « Cela fait partie de ses nouvelles missions », a alors expliqué le ministre de la Défense nationale. En pleine restructuration, l’armée oriente ses actions « pour faire face à d’autres menaces ».

Mise à part la défense de l’intégrité du territoire et de l’unité nationale, l’armée est dorénavant engagée dans la lutte contre l’insécurité intérieure. Une partie importante de sa mission concerne également le soutien aux actions étatiques et à la population face aux menaces et conséquences des catastrophes naturelles et aléas climatiques. C’est dans ce cadre qu’est inscrit le déploiement des quatre cents militaires dans le Sud. Le « Kere», étant une conséquence de la sécheresse.

Le Président attendu dans le Sud

Selon le rapport du conseil des ministres de mercredi, Andry Rajoelina, président de la République, se rendra dans le Sud de Madagascar pour apporter les appuis étatiques aux victimes de l’insécurité alimentaire qui y sévit. Sauf changement, le chef de l ’État sera sur place, ce week-end.

Toujours selon le communiqué du conseil des ministres, le locataire d’Iavoloha devra réaffirmer, durant ce déplacement, le plan étatique pour le relèvement de cette partie du pays et pour en finir avec le « Kere ». Onze communes sur les dix-huit qui composent le district d’Amboasary-Atsimo seraient touchées par l’insécurité alimentaire provoquée par la sécheresse. Des décès à cause de la faim sont déjà comptabilisés.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter