Accueil » Social » Infrastructures – La rocade cible des vandales
Social

Infrastructures – La rocade cible des vandales

Les  structures  métalliques  sur  la  rocade  d'Iarivo  pillées un  mois  après  son  inauguration.

Un mois après l’inauguration de la rocade d’Iarivo, l’infrastructure est déjà cible de vandales. Une partie des structures métalliques qui servent de garde-fou sur l’axe Ambohimahitsy et Amoron’Akona, a été pillée. D’autres ont été endommagées. « Les infrastructures métalliques près de la petite ruelle reliant la rocade avec le village d’Andralanitra ont été les principales cibles des vandales. Mais on a vu, aussi, sur d’autres parties de la rocade, des garde-fous où ils manquent déjà des métaux», affirme une source auprès du ministère de l’Aménagement du territoire et des travaux publics, hier. Jusqu’à hier, on ignore les auteurs de la destruction de ces biens publics.

La commune rurale d’Ambohimangakely organiserait une patrouille sur cet axe, mais ses agents n’auraient pas encore mis la main sur les auteurs de ces actes de vandalisme. La destruction et la dégradation des biens publics ne sont pas des faits nouveaux.

L’éclairage public est éteint sur la route Fenoarivo-Ampitatafika et la route Ampasika-Anosizato. Les panneaux solaires qui les éclairaient ne s’allument plus. Des délinquants ont déterré les batteries, d’autres ont abattu les poteaux pour recycler le métal. Certains ont volé les panneaux solaires. La rocade d’Iarivo risque de subir le même sort que ces deux routes. Ses panneaux solaires risquent d’être dérobés, également.

En plus du vandalisme, le respect de la propreté laisse à désirer. Les trottoirs de la nouvelle rocade deviennent un urinoir à ciel ouvert pour certains et des bacs à ordures pour d’autres. Un responsable auprès du ministère de l’Aménagement du territoire et des travaux publics explique qu’il revient à l’autorité de proximité – notamment, la commune d’Ambohimangakely et celle d’Antananarivo-ville, à qui cette route a été remise après son inauguration – de trouver des partenaires pour remettre à neuf ces infrastructures. Mais c’est rare que des travaux d’entretien soient effectués sur des infrastructures vandalisées. Les lampadaires solaires entre Fenoarivo et Ampitatafika ou ceux entre Ampasika-Anosizato, en tout cas, n’ont pas été remplacés, depuis.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter