Accueil » Faits divers » Betroka – Un geôlier écroué et son collègue radié
Faits divers

Betroka – Un geôlier écroué et son collègue radié

La maison centrale de Betroka.

Poursuivi pour avoir libéré trois condamnés à perpétuité, un agent pénitentiaire a été placé sous mandat de dépôt.

Du grain à moudre. Suite à la soi-disant évasion de Sambo François, Mara Fegnona et Ratalata Philbert, tous des condamnés à perpétuité, un agent pénitentiaire a été mis en détention préventive et suspendu de sa fonction, vendredi.

Un autre geôlier s’est fait radier. À la lumière des enquêtes, tous les deux auraient autorisé la sortie des détenus pour un travail pénitentiaire, le 16 juillet. Les fugitifs demeurent à ce jour introuvables. Une collecte de renseignements territoriaux bat actuellement son plein.

Le chef d’établissement n’a pas fait l’objet d’un ordre de poursuite délivré par le ministère de la Justice. Il a été épargné de l’affaire.

Les trois évadés avaient été arrêtés pour l’assassinat d’un ancien député du district d’Amboasary Atsimo commis en 2013 à Tsivory. Ayant répondu de leurs actes devant le tribunal, ils ont été reconnus coupables du crime et condamnés à perpétuité.

Ils ne sont pas restés long temps en prison et ont retrouvé la liberté.

Complicité

Ils ont été extraits de l’établissement pour effectuer un travail pénitentiaire, au cours duquel ils ont faussé compagnie aux gardes, selon les informations tardivement signalées par l’administration. La nouvelle de l’évasion n’a été ébruitée que presque une semaine plus tard.

La police, la gendarmerie, l’administration pénitentiaire et les autorités locales se serrent les coudes pour retrouver et ramener les fugitifs en prison. De son côté, la famille du député défunt a réclamé l’application de la loi sur toutes les personnes ayant trempé dans la libération de ces criminels.

Une série d’évasions favorisées par certains responsables ou agents donne du fil à retordre à l’administration pénitentiaire ces derniers temps. Il y a quelques jours, trois fugitifs ont été reconduits en prison, à Ambositra. Ils pouvaient sortir grâce à la complicité du chef d’établissement et un agent à l’époque. Ces deux coauteurs avaient, eux aussi, disparu avec leurs armes avant de se présenter finalement au camp Ratsimandrava. Maintenant, ils se trouvent tous derrière les barreaux.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter