Editorial

Attrape-nigauds

Ce n’est pas trop tôt. L’État s’est fait tirer l’oreille pour adopter la loi sur le recouvrement d’avoirs illicites après plus d’un an d’attente. L’administration Rajaonarimampianina a fait voyager la loi d’une session parlementaire à une autre au grand dam du Bianco et du Samifin et surtout des bailleurs de fonds qui exigeaient l’adoption de cette loi. On peut la comprendre étant donné que si la loi était adoptée à l’époque, on aurait du agrandir la prison d’Antanimora pour contenir tous les anciens pauvres , les auteurs de détournement de deniers publics qui gravitaient autour du pouvoir.
Quand le pouvoir a changé de main, la tergiversation persistait. Des arguments fallacieux ont été avancés pour ne pas l’adopter. Cette loi ferait peur aux investisseurs. Pure affabulation dilatoire vu que cette loi protège au contraire les investisseurs. Ils ne risquent pas d’être sous la coupe des zélateurs du pouvoir, des chantages politiques.
La loi est adoptée, du moins ce qu’il en reste. L’État a pris soin de supprimer la moitié des articles figurant dans cette loi. Dans quel objectif ? On l’ignore. Ce qui est certain c’est qu’il ne fera pas une loi qui va lui causer des ennuis, qui va causer des problèmes aux supporters du velirano. C’est assez clair.
Quand l’État réduit de moitié le budget des organismes de lutte contre la corruption et adopte par la suite une loi dépouillée de sa consistance, tout porte à croire que désormais tout sera pure formalité. Les efforts entrepris jusqu’ici semblent réduits à néant. La lutte contre la corruption risque d’être sélective, de se faire à la tête du client. Il y a toutes les chances que cette nouvelle loi devienne un redoutable outil politique pour mettre hors d’état de nuire ceux qui s’évertuent à faire barrage à l’avancée de l’IEM.
On ne demande qu’à se tromper et on ne table que sur les faits mais il y a certaines décisions dont les objectifs et la portée sautent aux yeux. Reste à espérer que cette loi sur le recouvrement des avoirs illicites ne soit pas un attrape-nigauds.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter