Actualités Social

Enseignement – Le Sempama boude les examens officiels

Les élèves pris en otage. Le syndicat Sempama affirme son intention de ne pas participer aux examens officiels si ses revendications ne sont pas satisfaites d’ici le début des épreuves. Or, jusqu’ici, les réponses qu’ils disent avoir obtenues ne semblent pas leur convenir. « Nous n’allons pas participer aux examens officiels car les réponses que nous avons reçues sont décevantes », confirme Arsène Ratolo­janahary, président national du Sempama Nosy, hier, lors d’une conférence de presse à l’Institut national de formation pédagogique ou INFP Mahamasina.
Leur abstention aux examens officiels est la décision qu’ils ont prise pour alerter les responsables au sein du ministère des Finances et du budget et celui de l’Édu­cation nationale. « Les responsables auprès du ministère des Finances et du budget et celui de l’Éduca­tion nationale nous ont convoqués. Après discussions, ils ont répondu à 1,5% de nos revendications. L’indemnité de craie a été augmentée sans que nous le demandions. Nous sommes insatisfaits de cette réponse, ainsi,  nous invitons chaque enseignant à nous  rejoindre et à continuer la grève », ajoute-t-il.
Après cette réponse, le syndicat a proposé d’autres alternatives pour obtenir  gain de cause. Les responsables au sein des deux ministères ont promis de convoquer le syndicat après avoir réfléchi sur la proposition. « Les représentants du ministère vont convoquer une nouvelle fois demain (ndlr : aujourd’hui). La grève des syndicats va dépendre de la solution présentée par le ministère », ajoute-t-il.
Le Sempama revendique une augmentation de l’indemnité de logement qui n’est actuellement que de 90 ariary et le salaire octroyé par l’association des parents d’élèves ou FRAM (Fikamba­nan’ny ray aman-drenin’ny mpianatra), 110 000ariary. De plus, les enseignants ne les perçoivent que tous les 3 mois. Leurs indemnités de fonction sont encore faibles, elles n’atteignent que 1400 ariary.

Helifetra Randriaminovololona