Accueil » Actualités » Diana – Échanges de vue entre maires
Actualités Régions

Diana – Échanges de vue entre maires

Le développement local et la décentralisation effective au menu. Des maires n’ont pas laissé l’occasion d’en discuter.

Les maires issus des 36 communes où intervient le projet PIC2, ou Pôles intégrés de croissance dans la région Diana se sont retrouvés dans la grande salle du Palais du faritany d’Antsiranana pendant deux jours, à partir de mercredi dernier, pour un atelier d’échanges sur la concrétisation dudit projet à vocation économique.
Cette rencontre entre dans le cadre du raffermissement des activités communales liées à l’orthodoxie du PIC2 financé par la Banque mondiale.
La rencontre, qui était un espace de décryptage « du vécu quotidien des collectivités locales », a eu un trait particulier, vu la présence des personnalités du ministère de l’Intérieur conduites par Gervais Rakotonirina, directeur général de la décentralisation.
Une série de discours axés sur la dynamique qu’apporte le financement PIC, a été prononcée avant les partages et les échanges entre les participants. L’occasion a permis à ces derniers d’exposer les problèmes qu’ils ont rencontrés en matière d’administration communale. Ces maires ont pratiquement discuté des problèmes de développement et de décentralisation effective à laquelle les populations aspirent depuis des lustres.

Gouvernance
Les bases juridiques et le fonctionnement de l’administration locale, les difficultés de collaboration entre les autorités communales et la tutelle, la gestion approximative des communes, la culture de la prédation et de la corruption ont été évoquées. Les maires ont mis à nu l’inexistence de moyens financiers, la non réalisation du transfert de compétences pourtant prévu par les textes portant sur la décentralisation, et le déficit de formation des responsables locaux, surtout ceux qui se trouvent dans les bleds les plus reculés.
« Pour qu’il y ait une décentralisation harmonieuse dans toute la région, nous voudrions qu’on fasse un autre projet pour booster les communes qui n’ont pas encore rempli les critères exigés par l’indice de gouvernance locale ou IGL », a plaidé le sénateur Amido en faveur des communes, tout en s’adressant au ministère et aux partenaires financiers.
Ces demandes sont tombées à pic puisqu’en initiant l’atelier, le projet PIC 2 compte,  désormais, accompagner les collectivités locales, bien qu’elles ne figurent pas dans les 36 communes cibles.
« Nous sommes engagés dans ce plaidoyer. Et nous comptons étendre le projet avec les moyens du bord », a répondu le coordonnateur national du projet, Eric Andriatsilavo.

Raheriniaina