Accueil » Faits divers » Andohatapenaka – Un nouveau-né abandonné meurt
Faits divers

Andohatapenaka – Un nouveau-né abandonné meurt

Des témoins s’attroupent pour regarder le bébé.

Triste découverte. Des passants ont trouvé le corps sans vie d’un bébé enveloppé dans un gros sachet noir, hier aux alentours de 13 heures, du côté d’Andohatapenaka I. Sous le choc, certains n’ont plus les mots, d’autres se demandent qui aurait pu commettre l’abandon.

Des lavandières affirment avoir aperçu au loin deux femmes qui ont porté et déposé le sachet sur la berge. Aucune d’entre elles n’a malheureusement eu l’idée de se dépêcher pour voir ce que c’était. Dans les minutes suivantes, elles sont sorties de l’eau et sont montées pour le constater. Des piétons ont commencé à s’attrouper. Ils ont suspecté le sachet et son contenu, l’ont ouvert et y ont découvert un nouveau-né joliment habillé, portant un bonnet fuchsia et une couverture bleue givrée.

Hypothermie

Les témoins oculaires ont vainement tenté de retrouver les deux femmes qui ont littéralement laissé le pauvre innocent pour mort. Ils ont prévenu le fokontany qui a confirmé l’hypothèse selon laquelle le bébé était né vivant, mais n’aurait pas survécu à une hypothermie et à cause d’un manque de soins.

Une enquête a rondement été menée par la police des mœurs et de la protection des mineurs (PMPM). Pourtant, les limiers travaillent pour l’instant sur des maigres indices. Les quelques renseignements glanés sont en cours d’exploitation.

«Nous n’avons pas le nombre exact de cas d’abandon et d’infanticides survenus dans notre quartier. Ce que nous pouvons dire, par contre, c’est qu’on en a souvent constaté sur la digue et ses environs. Certainement, les auteurs ne viennent pas de chez nous. Nous les aurions reconnus rapidement, s’ils vivaient à Andohatapenaka I », explique un membre du comité de sécurité locale.

La dépouille du bébé a été laissée aux bons soins des agents du bureau municipal d’hygiène (BMH) après constatations. Pour le moment, le mystère s’épaissit quant à l’identification de sa mère et son père. Les fins enquêteurs pourront encore faire la lumière sur l’affaire, espérons bien.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter