Accueil » Océan indien » Maurice – Port-Louis en alerte extrême
Océan indien

Maurice – Port-Louis en alerte extrême

Descentes de la CID, mobilisation des différentes unités de la police, barrages routiers… Port-Louis était en alerte, mardi, suite à l’attaque contre l’ambassade de France, la veille.

Le niveau de sécurité a été rehaussé dans le pays. Toutes les unités de police ont été mobilisées pour appréhender les présumés auteurs des coups de feu tirés, ainsi que des graf tis, sur l’ambassade de France et l’hôtel St-Georges à Port-Louis aux petites heures lundi. La Criminal Investi­gation Division (CID) a effectué plusieurs descentes dans la capitale. Ce qui a permis l’interpellation de deux personnes. Celles-ci sont détentrices de permis de port d’armes.
C’est un commerçant de 51 ans qui a été interpellé à la rue Virgil Naz, à Port-Louis, en premier. Il est propriétaire d’un fusil depuis 2013. L’opération était menée par une équipe de la CID de la Metropolitan Police de la division Sud, accompagnée de leurs collègues du Central Criminal Investigation Department.
Dans un second temps, un commerçant de 56 ans, résidant à rue Raoul Rivet, a été emmené aux Casernes centrales. Il est, lui, propriétaire d’un fusil depuis début 2015. Ces deux hommes ont, toutefois, pu quitter les locaux de la CID après un interrogatoire et la vérification de leurs armes.

Barrages routiers
Plus tôt dans l’après-midi, l’équipe de la CID avait monté une opération à la rue Arsenal et une autre à Route des Pamplemousses à Plaine-Verte. Mais celles-ci n’avaient rien donné. À l’heure où nous mettions sous presse, il était prévu que d’autres opérations seraient organisées jusqu’à fort tard.
Outre les descentes, Port-Louis a été quadrillée par des éléments de la Special Supporting Unit – dirigés par le surintendant de police, Kishore Dawoonarain – et de la force régulière mardi soir. Des barrages routiers ont été installés pour contrôler et fouiller les véhicules.
La cellule antiterroriste, elle, surveille de très près une quinzaine de Mauriciens radicalisés qui ont prêté allégeance au groupe État islamique. L’enquête est aussi menée avec l’appui des éléments du Field Intelligence Of ce et ceux du National Security Service qui tentent, depuis lundi matin, d’identifier les coupables. Ils espèrent pouvoir remonter jusqu’aux coupables en s’appuyant sur les images des caméras de surveillance dont ils disposent.

© lexpress.mu