Accueil » A la une » Contamination – Quatre femmes testées positives
A la une Magazine Santé

Contamination – Quatre femmes testées positives

À la veille d’un déconfinement éventuel, des cas contacts apparaissent dans certains quartiers.

Quatre femmes résidant dans la capitale ont rejoint le CHU Befelatanana, porteurs du Covid-19. À l’heure actuelle, quatre-vingt quatorze personnes sont déclarées guéries dans toute l’île.

La capitale n’échappe pas au coronavirus. Malgré l’attente d’un déconfinement de la population déjà progressivement immunisée à travers le médicament covid-organics et en raison de l’existence de quatre vingt quatorze guéris, quatre femmes viennent d’être contaminées par le coronavirus à Antananarivo d’après l’annonce officielle hier. Deux d’entre elles sont asymptômatiques.

« Présentant ou non des symptômes, un porteur du coronavirus peut contaminer d’autres personnes en l’espace de quinze jours », indique la Pr Vololontiana, porte-parole du CCO Covid-19. Face au coronavirus qui resurgit à Antananarivo, elle appelle à « une prudence hygiénique et une alimentation équilibrée à adopter ». À côté des cas asymptômatiques, les deux autres personnes testées positives toussent, font de la fièvre et de l’écoulement au nez. « Le coronavirus se disperse maintenant dans la communauté où nous nous trouvons et il appartient à chacun de faire attention », insiste la Pr Vololontiana.

Respectivement âgées de 47, 44, 58 et 27 ans, ces femmes issues des quartiers de la capitale sont toutes internées au CHU Befelatanana. Ces quatre cas contacts supplémentaires sont détectés dix jours après le début de la distribution de la tisane « covid-organics » au profit de la population antananarivienne.

De son côté, sur le plateau de la TVM, le Pr Herintsoa Rafatro, pharmacologue, interpelle par rapport « à la distinction à faire entre le terme médicament utilisable dans le cadre de la médecine conventionnelle et l’appellation tisane valable pour la médecine traditionnelle ».

En traitement

Une semaine après la vulgarisation du « médicament attitré contre le coronavirus », la distinction entre « dose préventive » et « dose curative » a été découverte lors de la remise d’une quantité importante de covid-organics à la délégation équato-guinéenne venue à l’aéroport international d’Ivato pour s’en procurer afin de combattre la pandémie. La dose curative est administrée pour le traitement des trente-huit malades du coronavirus signalés jusqu’à hier. La population d’Antananarivo a appris que les quantités de covid-organics jusque-là vulgarisées, sont des « doses préventives ».

Stimulateur d’appétit au goût à moitié fade selon ses consommateurs, le covid-organics à l’échelle nationale a été à la base du traitement des cinquante-cinq personnes sorties guéries du coronavirus depuis le 20 avril. Depuis jeudi, quatre nouveaux cas de guérison sont signalés. Avec l’angoisse générale risquant de refaire surface en raison de la révélation des quatre cas contacts, dont les quartiers de découverte à Antananarivo ne sont pas révélés par les autorités, le Pr Herintsoa Rafatro conseille de « mettre au point un mode de conservation du covid-organics afin d’en faire un véritable médicament ».

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi