Accueil » Culture » Musique – Boy Black victime d’un plagiat
Culture

Musique – Boy Black victime d’un plagiat

D’une  certaine  manière,  ce  plagiat  de  Boy  Black  confirme la  réputation  des  artistes  malgaches  à  l’international.

La découverte surprenante d’un plagiat du titre « Tsy hitambarako » par le chanteur Boy Black a particulièrement suscité la cacophonie dans le cosmos musical cette semaine. S’il est souvent habituel, malheureusement, que ce soit nos artistes nationaux qui sont pointés du doigt outre-mer pour cause de plagiat.

Ce ne sont pas les exemples qui manquent à ce sujet, surtout ces dernières années. Cette fois-ci et ce, depuis bien longtemps, c’est donc l’un des nôtres, le chanteur urbain originaire de Toamasina qui est victime d’un plagiat. Avec « Tsy hitambarako », Boy Black a pleinement conquis la scène nationale en 2018, une ballade romantique avec cette sonorité exclusive de la part du label Makua Entertain – ment, qui scande de sa part un amour intarissable pour sa tendre moitié.

Voilà que près de trois ans plus tard, Hicham Idelcaid, un personnage d’origine marocaine, a usurpé la chanson d’une manière assez flagrante. Audelà d’une forte utilisation de l’outil autotune pour accentuer également la touche de « Raï », ce genre musical oriental très reconnu dont il arbore la chanson, il en copie de manière sans équivoque la composition, le rythme et la sonorité.

Tollé

Intitulé « Ntya Lya », cette triste « reprise » de sa part ,dont il se ’vante les mérites avec son producteur, ne tarde pas ainsi à créer un tollé sur les réseaux sociaux suite à l’alerte lancé par le chanteur Shyn fer de lance du label de Boy Black sur sa page. Entre colère collective, indignation et appel au boycott, les fans du chanteur se sont rués sur le profil facebook et instagram de Hicham Idelcaid, ainsi que sa chaîne youtube pour exprimer leurs opinions.

Si le Marocain a décidé de fermer ses réseaux sociaux aux Malgaches, le label Makua Entertainment, lui, envisage de son côté les démarches à suivre pour se faire dédommager de ce plagiat. Évidemment, des recours auprès de l’Office malgache des droits d’auteur (Omda) sont plus que requis, mais les fans de Boy Black espèrent même que l’affaire sert d’exemple sur la scène internationale pour mieux valoriser le travail de nos artistes.

Ce qui n’a pas été le cas de l’illustre Barijaona qui a notamment fait face au mythique Frank Sinatra pour la chanson « Some thing Stupid », entre autres largement inspiré de « Avia hilalao ».

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter