ANKORONDRANO - Un homme sauvé d’un incendie


Quatre maisons en bois ont été la proie des flammes pendant le réveillon de la Saint-Sylvestre, à Ankorondrano. Un chef de famille a été secouru au fort de l’incendie. Au feu ! Cris d’alerte, débandade agitée, panique totale, crépitements et une colonne de fumée noire ont été entendus et observés au milieu du quartier d’Ankorondrano Atsinanana, derrière une station-service, le réveillon du Nouvel An. Un incendie géant a été en train de ravager des maisons mitoyennes. Il s’est déclaré à 20h54, chez une famille, avant de se propager très rapidement. « Le sinistre s’est produit tout près de chez nous. Quatre maisons construites en bois sont réduites en cendres. Les dégâts ont été énormes. La quasi-totalité des biens est partie en fumée. Aucune perte en vie humaine n’a toutefois été constatée, mais une personne a été grièvement blessée », explique un voisin. Bougie « Il existe deux branchements de courant qui alimentent le quartier. Celui à l’ouest a dû être coupé pour pouvoir combattre le feu. Celui-ci aurait touché beaucoup d’autres habitations, mais l’intervention des sapeurs-pompiers a été rapide. La fournaise était loin de la station-service », souligne un policier envoyé avec ses collègues sécuriser les lieux. « J’ignore la véritable origine du brasier. Je suis sorti pendant qu’un panache de fumée se dégageait déjà de la première case. Il a fallu pour les secours et nous une heure pour éteindre le feu. L’opération a été plus ou moins compliquée à cause de l’étroitesse des accès », relate un témoin. D’autres témoins ont asséné qu’une bougie a provoqué l’incendie. « Un homme en état d’ivresse et son enfant se sont disputés. Puis, il est rentré se coucher. Son fils l’a enfermé dedans. Peu de temps après, du feu a surgi de la maison. Le chef de famille a été secouru et évacué à l’hôpital. Il a survécu », ont-ils décrit. Après avoir aidé les sinistrés, l’entourage est revenu à la fête et beuverie pour attendre dans la joie le jour de l’an. « Nous n’avons pas enregistré d’autres drames, disons graves, jusqu’ici. L’équipe reste toujours dans le bain pour accélérer toutes les interventions », affirme un officier à l’Organisation des secours à Tsaralalàna.  
Plus récente Plus ancienne