Accueil » Chronique » Même pas en rêve?
Chronique

Même pas en rêve?

Depuis l’avènement de la messagerie instantanée, et de son ancêtre le SMS (message court), minuit sonne le sprint des messages de voeux (santé, prospérité, paix, bonheur, concorde universelle), à l’occasion du Nouvel An. Quand on tient une Chronique, on a la coquetterie de faire différemment: et d’abord, ne pas écrire en même temps que tout le monde, au risque d’encombrer les réseaux; ensuite, trouver des mots qui apparaissent comme un effort de créativité; le plus difficile reste finalement le moment de la sélection, quand on voudrait ne rien éliminer sous prétexte de ciseler encore et de polir indéfiniment.

Tous, nous aurions pu faire l’impasse sur ces voeux convenus d’une époque «antomo-dava» (sans cesse imminent) comme disaient les Anciens à propos du «Fandroana». Mais, il faut donc croire que ce renouvellement symbolique des amitiés en pointillés est décidément fondamental à notre «vouloir vivre ensemble» pour que tous les efforts de distanciation sceptique aient échoué à nous faire renoncer à cette nunucherie suprême.

La période du Nouvel An incline à un optimisme presque obligatoire. Par contre, je voulais placer une éventuelle confiance dans le genre humain dans des productions qui ne soient pas au mode conditionnel d’une bonne foi aléatoire. Une manière d’anticiper le malentendu de Narcisse : Narcisse, c’est ce beau gosse qui se contemplait tous les jours dans l’eau d’un lac; mais, tellement fasciné par sa propre image, il en tomba dans le lac et s’y noya. Transformé en «urne de larmes amères», le lac d’eau douce fut bien le seul à n’avoir jamais admiré Narcisse: «Je pleure pour Narcisse, mais je ne m’étais jamais aperçu que Narcisse était beau. Je pleure pour Narcisse parce que, chaque fois qu’il se penchait sur mes rives, je pouvais voir, au fond de ses yeux, le reflet de ma propre beauté».

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi