Accueil » Economie » Entrepreneuriat – Le « Frigo du désert » sur le marché
Economie

Entrepreneuriat – Le « Frigo du désert » sur le marché

Setra  Thomy  Rarivoarison  de  la  société  « Bira  Fabrics » présente  ses  inventions  sur  le  frigo  du  désert.

Une famille de fabricants de pots en terre cuite et en argile a eu l’idée de développer un système de réfrigération sans électricité.

Conserver des aliments dans du sable. Une expérience menée et prouvée par une famille malgache d’Antsirabe, dans la région Vakinankaratra, spécialisée dans la fabrication artisanale de pots en terre cuite et en céramique depuis trente ans. L’aîné de la famille a eu l’idée innovante de chercher d’autres utilités que la décoration, aux vases et aux pots que ses parents fabriquent.

« Nous avons déjà développé des cuiseurs et des foyers à haut rendement énergétique pour débuter dans la diversification de notre activité. L’idée m’est par la suite venue de renverser la tendance. Si au lieu de conserver de la chaleur avec de l’argile réfractaire, pourquoi ne pas essayer d’obtenir du froid? Et c’est ainsi que tout a commencé », explique Setra Thomy Rarivoarison, 22 ans.

Le jeune entrepreneur s’est fait remarquer par des spécialistes en matière de conservation en terre, et l’ont alors soutenu dans ses recherches. « Avec un collaborateur étranger, j’ai approfondi les études sur les compositions, les matières encore à créer ou à ajouter à l’argile et la terre cuite », poursuit le jeune Thomy. Ils ont alors trouvé la formule idéale pour que la terre cuite, l’argile réfractaire,l’isolant thermique et le sable puissent produire du froid.

Commercialisation

Le premier prototype de pots en céramique réfrigérant, appelé « Frigo du désert », a vu le jour il y a six mois. « C’était le début de l’hiver et nous avons commencé avec les tomates et les goyaves. Les résultats ont été concluants car ces aliments ont tenu deux semaines. Les courgettes ont tenu un mois », se félicite Setra Thomy Rarivoarison. L’expérience a montré que la quantité nutritive des aliments n’a pas changé.

Après l’hiver, quand la température a commencé à grimper, l’expérience a continué avec les salades et les boîtes de conserve. Ce qui a été également probant car selon les explications, les boîtes de conserve sont déjà des conducteurs thermiques. Jusqu’ici, le maximum de température froide obtenue est de 4 degrés Celsius. Il s’agit de mettre en place deux pots en argile, un plus petit dans un plus grand. Pour attirer tout ce processus de froid, le plus petit pot a besoin d’être entouré de sable fin pour qu’il y ait évaporation.

« Plus le sable est chaud, plus il y a de l’évaporation », détaille l’entrepreneur. «  Nous sommes actuellement en phase d’études approfondies pour la conservation maximale des viandes et du lait. Des tests sont menés en laboratoire. Depuis un mois, nous vérifions quotidiennement si le lait venait à tourner. Les résultats seront connus bientôt », rassure notre interlocuteur. En attendant, la touche personnelle inventive sur la chaîne du froid est déjà brevetée et les pots sont déjà commercialisés sur le marché.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi