Accueil » Faits divers » Ampitatafika – Deux bandits tués par balles
Faits divers

Ampitatafika – Deux bandits tués par balles

Les habitants de Faliarivo ont vécu une insécurité ambiante ces derniers jours.

Interpellé sur le fait. Un gang armé a eu affaire aux éléments de la gendarmerie nationale, dans le quartier d’Andohanilempona, à Faliarivo Ampitatafika, ce mercredi vers 23h45. Deux de ses membres ont définitivement été mis hors d’état de nuire. Deux ont été arrêtés et placés en garde-à-vue. Deux autres, armés, restent à capturer.

Ces bandits ont attaqué deux maisons, cette nuit-là. Ils sont entrés par effraction. Sitôt à l’intérieur, ils ont menacé les locataires avec des armes et sabres. Leur première victime n’avait pas les coordonnées de la gendarmerie. Parmi l’entourage, un témoin a rapidement donné l’alerte avant que les criminels n’atteignent l’autre foyer.

« Ils étaient déjà dans la seconde maison quand nous sommes arrivés », raconte un gendarme de la brigade de Fenoarivo.

La bande a attrapé l’un des gendarmes. Elle s’en est pris à lui pour tenter d’arracher son fusil. L’escadron a fait feu pour tenter de sortir de cette échauffourée.

« Sur le moment, l’un des braqueurs a été tué par balle. C’était toujours dans la maison attaquée. Un deuxième coauteur a mortellement été frappé par les projectiles lors d’une course-poursuite engagée à l’extérieur. », selon les témoignages glanés.

Un troisième membre du gang a capitulé devant les gendarmes. Il a été amené vivant. Il avait un couteau sur lui. Il est âgé de 19 ans. L’un des fuyards a été pris en filature chez lui, à Tanjombato, dès le lendemain.

Cette association de malfaiteurs est déjà connue de la gendarmerie. Ces derniers temps, elle a sévi à Ampita­tafika et à Fenoarivo.

Les dépouilles des défunts ont été transférées à la morgue de l’hôpital Joseph Ravoa­hangy Andrianavalona (HJRA), à Ampefiloha. Les enquêteurs de la brigade de Fenoarivo poursuivent leurs investigations sur cette affaire.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi