Dossier

Gestion durable – Les communautés locales, premières intéressées

 Il faut encourager les communautés locales à avoir plus d’influence sur les décisions.

La question de gouvernance des ressources naturelles implique la participation des acteurs concernés, sans distinction, aussi bien au niveau national que régional et local.

D’après le constat fait par la société civile, malgré les efforts réalisés par le gouvernement, l’absence de vision commune et transversale dans la gouvernance des ressources naturelles à Madagascar, reste un handicap. Ce qui a créé une brèche dans le processus du développement durable. En outre, la reconnaissance des communautés locales comme parties prenantes et partenaires à part entière dans le processus demeure encore faible.

En fait, les communautés de base devront être consultées et encouragées à participer pour pouvoir influencer sur les décisions. Considérer les communautés de cette manière améliore la gestion durable de nos ressources et favorise davantage d’efficacité dans la gouvernance des ressources naturelles.

Ainsi, pour défendre l’intérêt de la population, les organisations de la société civile, en tant qu’acteurs du développement, ne se contentent ni d’observer ni de critiquer le gouvernement. Elles proposent également des solutions aux problèmes liés à la gouvernance des ressources naturelles.

La Coalition nationale de plaidoyer environnemental (CNPE), propose la mise en place d’une plateforme d’échanges et de dialogues au niveau régional et local qui inclut les communautés de base. Elle devra réunir tous les acteurs concernés par la gouvernance des ressources naturelles, à savoir les services techniques déconcentrés de l‘État (STD), les collectivités territoriales décentralisées (CTD), les organisations de la société civile au niveau régional, etc. 

CNPE

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter