A la une Social

Fonction publique – La hausse de salaire de 13% réjouit les fonctionnaires

Les fonctionnaires attendaient impatiemment cette hausse de salaire.

Au lieu de 7% comme auparavant, le président Andry Rajoelina a augmenté le salaire des fonctionnaires de 13%. La plupart des concernés se réjouit.

13%. C’est le chiffre tant attendu par des milliers de fonctionnaires, samedi. Le président Andry Rajoelina a annoncé une augmentation de 13% pour les fonctionnaires. « J’ai entendu les plaintes des fonctionnaires concernant le salaire. Si il était 7% auparavant, ce ne sera pas 8, ou 9, ou 10, ou 11 ou 12%, mais nous allons l’augmenter de 13% », souligne-t-il dans son discours de fin d’année à la télévision nationale, le soir du réveillon.

L’émotion est au plus haut. Certains déclarent qu’il n’y en avait jamais eu comme celui-ci depuis des années. D’autres disent que c’est déjà mieux, car il n’y avait pas d’augmentation l’année dernière. « C’est réjouissant, car nous n’avons pas eu d’augmentation l’année dernière. ». Certains prennent la nouvelle de manière positive. « Je regarde les choses de manière positive. Nous devons être ravis, car nous avons au moins eu ça. Je ne veux pas me plaindre dans ce cas », explique Bodo, enseignante.

D’autres fonctionnaires ont affirmé que l’augmentation ne suffit pas, mais il faudrait également le statut unique de fonctionnaire.
« La revendication commune des fonctionnaires repose sur la grille indiciaire unique. Que ceux qui ont les mêmes
diplômes reçoivent les mêmes salaires », souligne Claude Raharovoatra du syndicat des enseignants Sempama. Pour les enseignants, ce 13% n’est pas suffisant si l’on considère les problèmes des enseignants Fram, les subventions qui remontent à quatre à cinq bimestres.

Consommation
De l’autre côté, l’association de protection de droits des consommateurs craint une explosion sociale, tôt ou tard, si l’augmentation de salaire n’est pas proportionnelle au coût de la vie. « Il est évident que cette hausse aura des impacts sur le prix des produits de première nécessité. Les marchands profiteront aussi pour augmenter leur prix. L’État doit toujours penser à ce que l’augmentation soit proportionnelle. Car cette hausse ne peut couvrir les dépenses si les vendeurs haussent leur prix à 70 %. La meilleure solution qu’on propose est que l’État oblige les vendeurs à limiter l’augmentation de prix des produits nécessaires quotidiens à 5% au lieu de 70% », souligne Eugène Ratsimbazafy de l’association de la protection de droits des consommateurs. L’augmentation pour le secteur privé n’est pas encore décidée. Le ministère de la Fonction publique souligne que l’augmentation de salaire pour le secteur privé sera encore discutée au niveau du conseil national de travail. Si c’est acquis, l’augmentation pour le privé ne s’appliquera qu’au mois d’avril ou mai. La hausse de salaire pour la fonction publique est appliquée dès ce mois de janvier.