Accueil » Social » ASSEMBLÉE NATIONALE – La réforme de l’éducation adoptée
Social

ASSEMBLÉE NATIONALE – La réforme de l’éducation adoptée

Marie Michelle Sahondrarimalala présentant le projet de loi devant les députés.

Les réformes du système éducatif sont en marche via l’adoption par l’Assemblée nationale de la loi d’orientation générale du système éducatif, hier.

Après des heures de débats houleux, le projet de loi N°009/2022 du 15 juin 2022 portant orientation générale du système éducatif à Madagascar vient d’être adopté hier par l’Assemblée nationale à Tsimbazaza. Après un mois de travaux de commission, le projet de loi comportant, cent cinquante trois articles, a été soumis et voté en séance plénière par treize députés. Durant la séance plénière, la ministre de l’ Éducation nationale, Marie Michelle Sahondrarimalala, a reconnu que des lacunes ont été relevées dans le secteur de l’éducation à Madagascar.

Néanmoins, le projet de loi se joint à l’effort entrepris dans le cadre du Plan sectoriel de l’Éducation (PSE). Selon la ministre, l’amélioration de l’accès à un système éducatif pour tous entre dans le cadre des Velirano 4 et 6. Une stratégie nationale sera attendue après le vote de cette loi. Durant la séance plénière, plusieurs points ont été discutés, notamment pour le député Todisoa Andriamampandry, cette loi n’a pas été établie en tenant compte de l’avis des établissements privés. “Les écoles privées n’ont pas été consultées avant l’établissement du projet de loi. À celà s’ajoute, le manque d’infrastructure adéquat par rapport aux réformes engagées. La disposition selon laquelle la scolarisation est obligatoire pour le secondaire de niveau I contredit la Constitution. Cette dernière dispose que la scolarisation n’est obligatoire que pour le niveau primaire”, martèle-t-il.

Réformes

À partir de cette loi, des changements sont attendus. Des points saillants réaffirment cette loi. En effet, en ce qui concerne la durée de la scolarité obligatoire, la loi instaure un enseignement public obligatoire progressif de 10 ans. Ceci, étalé dans les exposés des motifs comme “permettant à l’enfant d’aller à l’école jusqu’à l’obtention d’un brevet d’études à la fin du cycle d’enseignement secondaire général de niveau I”. Alors que précédemment, la durée était seulement de 5 ans. L’élève devrait également passer par une phase d’initiation préscolaire obligatoire d’une année. Ainsi, l’âge minimum de scolarisation à 5 ans est prévu. Pour explications : “Les études et recherches ont démontré que le passage par une ou plusieurs années de préscolaire permet de mieux préparer l’enfant au primaire et réduit considérablement le risque d’échec et d’abandon scolaires”, peut-t-on lire dans les exposés des motifs. Sur cette lancée, l’ élève à la fin de la primaire, va en classe de sixième, après le passage par une évaluation nationale certificative.

Par ailleurs, l’éducation inclusive est renforcée avec une mention particulière pour la scolarisation des personnes en situation de handicap et des autres groupes vulnérables. Dans le cadre de cette loi, la réforme apportée au niveau de l’enseignement technique et de la formation professionnelle consiste à adapter le profil de sortie des apprenants, en adéquation avec les besoins sectoriels des pôles de croissance. Par ailleurs, le projet de loi assure la reconnaissance des compétences par le biais de la validation des acquis de l’expérience.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter