Accueil » A la une » Maladie transmissible – Le VIH/Sida s’incruste
A la une Santé

Maladie transmissible – Le VIH/Sida s’incruste

Le test de dépistage du VIH/Sida est gratuit.

Madagascar célèbre la journée mondiale de lutte contre le Sida, chaque 1er décembre. L’effectif des personnes vivant avec le virus détectées ne cesse d’évoluer.

Mille sept cent soixante dix-neuf. C’est l’effectif des personnes dépistées au VIH et des séropositifs identifiés, en 2019. C’est deux fois plus que les personnes dépistées positives au VIH en 2016, et sept fois plus que les porteurs du virus détectés en 2010. Le taux de prévalence du VIH/Sida chez les personnes actives (15-49 ans) a été de 0,3%, en 2019, contre 0,2% en 2018. « Les sensibilisations portent leurs fruits. Les gens commencent à ne plus avoir peur de faire le dépistage. Par ailleurs, nous organisons des dépistages ciblés. C’est-à-dire que ce sont surtout les personnes à risque qui sont incitées à passer le test. C’est pourquoi, nous pouvons identifier de plus en plus de cas positifs », indique le secrétaire exécutif du Comité national de lutte contre le Sida (SE-CNLS), Harivelo Andrianiaina, hier.

Du chemin à faire

Le nombre de porteurs du virus risque encore d’augmenter cette année. Le « Test rapide d’orientation et diagnostic » (TROD), mis en œuvre depuis janvier, serait fructueux. « Nous avons formé des personnes à risque pour effectuer les premiers tests de dépistage du VIH. Ils vont orienter leurs cibles dans les centres de référence, pour confirmer ou non leur séropositivité, après un résultat positif du premier test. Ce projet nous a permis d’avoir des résultats probants: de plus en plus de porteurs du virus sont identifiés », affirme le Dr Hervé Rabeson, médecin référent au bureau municipal d’hygiène (BMH) de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA), en cas de séropositivité. Des travailleurs de sexe, des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, des consommateurs de drogues injectables, sont les personnes à risque qui travaillent avec les professionnels de santé, dans ce projet. Ils ont pour cibles les personnes à risque.

Les professionnels de santé soulignent que le VIH circule à Madagascar. Près de cinq mille personnes vivant avec le VIH sont sous traitement en 2019. Il reste encore du chemin à faire pour éradiquer ce VIH/Sida, avant 2030. Le SE-CNLS estime à près de quarante mille les personnes vivant avec le VIH. Seuls 12% d’entre eux sont suivies. Les séropositifs et les sidéens non détectés et qui ne suivent pas des traitements, continueront à propager la maladie dans la communauté, en silence.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi