Accueil » Social » MÉTÉO – Faible activité cyclonique en prévision
Social

MÉTÉO – Faible activité cyclonique en prévision

La prochaine saison cyclonique sera calme.

Madagascar est classé parmi les zones les plus vulnérables aux cyclones et les plus exposées aux changements climatiques. Cette saison sera calme, mais la formation d’un cyclone intense n’est pas à écarter. La saison cyclonique 2022-2023 sera plutôt calme. Le nombre de cyclones qui pourrait intéresser Madagascar sera proche ou inférieure à la normale saisonnière. « Le cyclone qui pourrait atterrir sur nos côtes sera de deux ou inférieur à deux. », déclare Anzela Mamiarisoa Ramarosan­dra­tana, chef de service des Adap­tations aux techniques de pointe auprès de la direction générale de la Météorologie, à l’hôtel Colbert à Antaninarenina, hier, dans le cadre de la publication des perspectives climatiques de la saison chaude et humide, du mois de novembre 2022 au mois d’avril 2023. Les cyclogenèses sont attendus à la deuxième moitié de la saison, entre le mois de janvier et le mois d’avril.

« Le début de la saison sera très calme. L’eau de mer autour de Madagascar sera froide, jusqu’à la fin de l’année et ne favorise pas la formation d’un cyclone », enchaîne la source. Ces systèmes pourraient évoluer, aussi bien dans le canal de Mozambique que dans l’océan Indien. Malgré cette faible activité cyclonique, les techniciens en météorologie invitent tout un chacun à rester vigilant et à se préparer à l’arrivée de la saison cyclonique. « Avec le contexte changement climatique, même un seul cyclone peut faire des ravages. C’est l’intensité qui compte et non le nombre », note Zo Andrianina Patrick Rakotomavo, chef de service des Recher­ches hydrométéorologiques. La dernière saison a été horrible pour Madagascar. Chaque année, près de quatre cyclones intéressent Madagascar et près de deux atterrissent sur nos côtes.

Cette année, de janvier à avril, l’île prend six impacts : Ana, Batsirai, Emnati, Dumako, Eloïse et Jasmine. Les dégâts ont été importants. Plusieurs décès enregistrés, plusieurs milliers de sinistrés, plusieurs cases endommagées, plusieurs infrastructures sanitaires, scolaires et routières détruites. Jusqu’ici, les zones qui ont été frappées par ces cyclones ne se sont pas encore relevées. Leurs habitants continuent à souffrir des impacts des passages des cyclones, plusieurs mois plus tard. Au Sud-Est, beaucoup n’ont pas à manger, car les cyclones ont ravagé leurs principales sources de revenus.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter