Accueil » Régions » Environnement Boeny – De la cendre de bagasse pour construire les routes
Régions

Environnement Boeny – De la cendre de bagasse pour construire les routes

Une collaboration est en vue entre la société sucrière Ouest Sucre Complant de Namakia et la Plateforme régionale d’échange énergie biomasse ou PREEB. Les deux parties se sont rencontrées mercredi à Namakia, dont le président directeur général de la société Complant. Afin de protéger l’environnement et pour développer la région, une demande a été déposée par le PREEB auprès de la société.

« Nous avons besoin de la société Ouest Sucre de la bagasse (résidu des tiges de canne à sucre dont on a extrait le jus) et d’extrait de cosses de canne à sucre pour fabriquer du charbio ou charbon biologique. Il nous faut aussi de la cendre de bagasse pour fabriquer du matériau de construction de routes et pour fournir de l’électricité aux ménages de Mitsinjo », précise le directeur de Développement régional de Boeny, porte-parole du gouverneur de la région, Marcellin Randriambololona.

« L’entreprise ne dispose pas actuellement d’un excédent de bagasse ou de cosses de canne à sucre. Nous ne pouvons pas répondre au besoin de la région en bagasse. Mais en cas de réserve suffisante, nous pourrions en fournir plus tard », affirme le PDG d’Ouest Sucre.

Complant de Namakia a ainsi accepté le partenariat en faisant don de cendres de bagasse pour la construction de route. Le camion de la société sucrière se charge de récupérer six fois tous les deux jours ces matières. Dix à vingt tonnes par an d’écumes seront aussi produites pour la construction de route. Cent kilos seront disponibles par échantillon.

Mais la distribution en électricité à la population de Mitsinjo n’est pas encore pour bientôt. La production en énergie est encore limitée.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter