Accueil » Régions » Ambanja – Les communautés de base pour gérer les ressources naturelles
Régions

Ambanja – Les communautés de base pour gérer les ressources naturelles

La lauréate Véronique a mené la Coba d’Ambolikapiky vers la victoire et a gagné une vedette.

Le village d’Ambolikapiky a été en fête. Une de ses communautés de base a remporté avec brio, le concours sur la gestion des ressources naturelles dans la région Diana.

La volonté d’organiser un concours destiné aux communautés gestionnaires de ressources naturelles dans la région Diana vient du fait qu’auparavant, les communautés n’avaient pas l’opportunité de mettre en valeur leur travail quotidien de gestion participative et de protection des ressources naturelles. Ce concours va permettre également d’avoir un constat général sur le niveau d’engagement des communautés dans la gestion de ces ressources naturelles », annonce Mihary Raparivo, « Landscape Manager» du paysage Diana.

Les invités de marque venant de la capitale et des districts de la région Diana ont eu une belle surprise mercredi. Le village d’Ambolikapiky, situé au nord de la ville d’Ambanja, dans la commune rurale de huit mille âmes dénommée Ambalahonko, s’est transformé en fokontany festif, ludique et instructif. De grands chapiteaux et stands décorés ont été installés sur le terrain de l’école primaire publique. Le village a été, en effet, choisi pour abriter la cérémonie de proclamation officielle des résultats du concours Fagnoesa entre les organisations communautaires gestionnaires de ressources naturelles dans le Nord. Cérémonie menée par le comité régional de Gestion intégrée des zones côtières avec l’appui de WWF.

De bon matin, le village était en effervescence pour les derniers préparatifs. Le signal a été donné par l’orchestre Toly Jean Luc en attendant la venue des autorités. Et l’ambiance était déjà au rendez-vous, même si les populations concernées ignoraient tout des résultats. Tout a débuté par le défilé des associations féminines et des élèves le long de la seule route en terre battue qui relie la commune au chef-lieu de district d’Ambanja. La fête s’est poursuivie avec une série de discours qui a mis un accent particulier sur les tenants et aboutissants du concours.

En fait, ce mercredi était une journée riche en émotions pour les quatre communautés de base lauréates du concours Fagnoesa. La vue du grand prix exposé devant le public a davantage accru l’émotion. En attendant la proclamation officielle des résultats par le président du Comité régional du concours, Jean Hervé Bakarizafy, le maitre de cérémonie Jean Claude a essayé de temporiser la situation pour ne pas succomber à l’anxiété tout en organisant les danses folkloriques des associations locales de femmes.

Dame de fer

Il a fallu patienter deux heures de cérémonie officielle avant de connaitre la communauté locale de base qui a gagné le concours régional Fagnoesa. Il s’agit de la Coba Miezaka d’Amboli­kapiky, conduite par sa présidente Véronique. Cette dernière a mené des actions de préservation et de conservation de mangroves depuis 2012. Malgré la contestation d’une partie de la population locale, cette­ Dame ­de fer a montré sa conviction et sa persévérance, et les résultats sont palpables. La lauréate a gagné une vedette de sept mètres motorisée de 60cv. Trente-six organisations communautaires qui gèrent les mangroves dans la région Diana se sont qualifiées pour participer au concours. La lauréate est des quatre communautés sélectionnées dans chaque district.

La compétition a pour objectif de stimuler la motivation des communautés, faire connaitre et promouvoir leurs efforts de gestion durable au niveau régional, national et international.

Selon les organisateurs, l’implication des communautés dans la gestion de ressources naturelles marines a porté ses fruits puisque la reconstitution des ressources naturelles dégradées est palpable, grâce à la réduction des pressions anthropiques. La nette amélioration de l’état de santé des écosystèmes marins de la région Diana est constatée par tous les acteurs. En conséquence, leur vie économique s’est améliorée car une grande majorité des populations riveraines du Nord dépend de la pêche, notamment de la pêche aux crabes et crevettières. Plusieurs de ces espèces marines vivent et se reproduisent dans les mangroves.

Lors d’un repas villageois offert à la fin de la cérémonie, la vue des crabes aux normes dans les assiettes des invités a justifié le côté positif de la préservation.

« Je constate que vous avez atteint la troisième phase du Programme environnemental qui fait partie de la vision de la région Diana. Je vois maintenant que la valeur des communautés de base est là, grâce à vos efforts. Pour pérenniser les actions, la date du 29 septembre sera consacrée Journée des communautés de base », annonce Jean Hervé Bakarizafy.

De son côté, le représentant de la WWF a expliqué que l’appui apporté par la région Diana, par l’intermédiaire du Centre régional de gestion intégrée des zones côtières, vise à stimuler et à renforcer la fierté et la conviction des organisations communautaires locales afin qu’elles investissent et s’engagent davantage dans la gestion durable des ressources marines et dans la protection de la biodiversité côtière.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter