Régions

Commune urbaine de Toliara – Grève des agents municipaux

Les employés municipaux de la commune urbaine de Toliara observent un arrêt de travail depuis hier. Ils revendiquent le paiement des arriérés de salaire de seize mois.

Trop c’est trop. Les employés de la commune urbaine de Toliara se plaignent : on leur doit mois d’arriérés de salaire. Ainsi, ils ont décidé de se mettre en grève depuis lundi. Ils n’ont pas hésité à pointer du doigt les maires qui se sont succédé.

D’après les explications des délégués du personnel, il s’agit de manifester leur mécontentement. Ainsi, ils persistent et signent pour le paiement de ces six mois de salaire. De ce fait, ils invitent le pouvoir central à voir de près leur situation et à se pencher sur leur cas. « Nous sommes en grève. La commune nous doit des arriérés de salaire variant entre douze et seize mois d’impayés. Nous voulons nous faire entendre pour que l’on nous paye notre dû. Notre revendication ne date pas d’aujourd’hui. Ainsi nous nous adressons au Président de la République pour qu’il résolve notre problème », a déclaré Richard Salaha, le délégué des grévistes.

Portes barricadées, guichet de délivrance d’état civil fermé, cour de la mairie vide car les agents sont assis devant le portail.

Cotisations non versées

Les quelques demandeurs de documents administratifs (extrait de naissance, légalisation, déclaration de naissance ou de décès) se disent surpris par la fermeture de tous les services de la mairie. Les médiateurs des autorités pour qu’il y ait un service minimum n’ont pas entamé la détermination des grévistes. « Pour mettre un peu plus de pression, cette fois-ci, il n’y aura plus de service minimum dans tous les départements car cette mesure créerait encore d’avantage une scission entre les employés », a souligné le délégué du personnel.

D’autres doléances s’ajoutent à cette revendication, ainsi le non-paiement par la commune des cotisations de caisses de retraite depuis des années. « On a été surpris quand la CNaPS de Toliara nous a fait savoir que ces cotisations n’ont pas été versées alors qu’elles ont toujours été déduites de nos salaires et bien mentionnées dans nos bulletins de paie », a précisé un autre délégué de personnel.

« Non seulement, ils n’ont pas payé nos salaires depuis des mois, mais de surcroit, ils ont délibérément défalqué de notre salaire une cotisation sociale fictive » s’est-il lamenté.