Accueil » A la une » Mahajanga – Une fille tuée et enterrée
A la une Faits divers

Mahajanga – Une fille tuée et enterrée

La fille victime du crime odieux.

Le corps sans vie d’une petite fille de 7 ans a été retrouvé et déterré, jeudi à 10h, à Ambohimandamina Mahajanga. Elle avait été victime de meurtre.

Un fait divers qui fait froid dans le dos. Une fille unique, âgée de 7 ans, a été retrouvée inanimée deux heures après sa disparition mystérieuse, avant-hier, à Ambohimandamina, dans la ville de Mahajanga. Elle avait été torturée. Son bourreau l’avait fait ingurgiter du poison et assassinée, selon les informations recueillies.

Ce jour-là, vers 8h du matin, la mère de la fillette es t allée au marché de Mahabibo, tandis que son père travaillait à la mer. La femme l’a laissée jouer avec ses camarades. A son retour, elle ne l’a plus remarquée dans la cour. Elle l’a recherchée, mais sans succès. Elle commençait à s’inquiéter et prévenir l’entourage, ainsi que la famille.

Echappé

D’après nos conversations téléphoniques avec le commissaire Thomas Rakoto, le chef de la police judiciaire de Mahajanga, « l’enfant s’amusait avec une amie qui a raconté qu’un homme l’avait enlevée. Ce quidam a été pris en photo par un témoin, lorsqu’il creusait un trou au bord d’un canal pour enfouir la dépouille. L’autre fille se souvenait de son allure, confirmant que c’était bien lui sur la photo ».

« Nous avons procédé à l’arrestation du principal suspect depuis hier soir (ndlr: jeudi soir), mais il s’est échappé », poursuit le commissaire.

« J’allais rejoindre ma fille dès que j’ai reçu l’alerte sur la disparition. J’ai croisé quelqu’un en chemin. Il m’a informé de la découverte du corps d’une petite fille dans un endroit. Je m’y suis rendu directement. Il y avait peu de monde à mon arrivée. J’ai failli retirer, tout de suite, les pieds de la victime du sable, mais la police m’a dit d’attendre le Bureau municipal d’hygiène (BMH) », a décrit le grand-père de la malheureuse à la presse locale.

La police et la gendarmerie enquêtent ensemble sur ce meurtre, selon les consignes du ministère public.

D’après les constatations, la gorge de la victime portait une trace d’étranglement. Ses genoux présentaient également des contusions et sa bouche saignait. La défunte a été laissée aux bons soins de sa famille. De son côté, l’équipe de la police judiciaire attend à la fois le rapport du BMH et suit l’assassin à la trace. Le mobile du crime reste à déterminer au fil de l’enquête.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi