Accueil » Politique » Martyrs de la Nation – Devoir de mémoire effectué
Politique

Martyrs de la Nation – Devoir de mémoire effectué

Deux évènements se sont tenus lundi, respectivement à Fort Duschesne et dans l’enceinte de l’Université d’Antananarivo. Tous deux ont trait au patriotisme.

Redonner vie à l’histoire. Plus qu’un devoir de mémoire, c’est ainsi que le général Béni Xavier Rasolofonirina, ministre de la Défense nationale, qualifie les deux évènements de lundi. Ont été marqués avant-hier, les quarante ans du transfert au Mausolée Fort Duchesne des dépouilles du lieutenant-colonel Joël Rakotomalala, premier ministre de l’époque, Pierre Rajaonah, ancien ministre de l’Agriculture et le lieutenant-colonel Alphonse Rakoto­nirainy.
Ils ont été victimes du crash d’hélicoptère à Ankazomiriotra, le 30 juillet 1976. « Un accident » ayant fait sept morts, dont ces trois anciens hauts responsables. Un hommage leur a été rendu hier au Mausolée, par le biais d’une cérémonie de dépôt de gerbe.
Inauguration
Des chefs d’institution et hauts responsables politiques étaient présents, entre autres Hery Rajaonari­mampianina, président de la République, Christian Ntsay, Premier ministre et Alphonse Maka, président du Conseil du Fampiha­vanana Malagasy (CFM).
Une autre cérémonie de mémoire s’est ensuite tenue à Ampitifirana, sis dans l’enceinte de l’Université d’Anta­na­narivo. Il s’agit d’un ancien champ d’exécution durant la colonisation, où ont été inaugurées lundi une plaque commémorative et deux stèles en l’honneur, notamment, du lieutenant Albert Randria­maromanana, une des figures de l’insurrection d’indé­pendance de 1947, exécuté sur les lieux le 28 avril 1948.
Ces nouveaux édifices ont aussi été érigés en la mémoire d’autres combattants pour l’indépendance en 1947, exécutés à Ampiti­firana également, que sont Samuel Rakotondrabe, un industriel du tabac, Samuel Ratsizafy , industriel, Bekamisy et Lezoma, des combattants natifs de Vatomandry. Les discours prononcés, avant-hier, ont mis l’accent sur le fait que ces deux évènements et ces nouveaux monuments servent à raviver le patriotisme, notamment de la jeune génération.

La famille Rakotonirainy s’offusque

Lors d’un échange avant-hier, Malalanirina Rakotonirainy, fille ainée du lieutenant-colonel Alphonse Rakotonirainy a affirmé que la famille du défunt officier supérieur « fait savoir sa surprise et son mécontentement de n’avoir pas été informée de la tenue de cette commémoration nationale au Mausolée, alors que le nom du lieutenant-colonel Rakotonirainy a été cité lors de la cérémonie, et que sa veuve et ses enfants sont toujours vivants. La famille du lieutenant-colonel Joël Rakotomalala a été invitée et bien présente ».
Elle déplore le fait de n’avoir appris l’évènement que par le biais des publications sur la page Facebook de la présidence de la République. Contacté, un haut responsable au niveau du ministère de la Défense nationale explique qu’il a été demandé aux promotionnaires des deux officiers généraux défunts, de prendre contact avec leurs familles respectives pour leur faire part de l’évènement, et les inviter à y prendre part. Comprenant la contrariété de la famille Rakotonirainy, il indique « ne pas avoir eu de feed-back sur le fait et ignore si les promotionnaires du lieutenant-colonel Rakotonirainy ont fait parvenir l’invitation à sa famille ou non ».

 

6 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Efa vita tokoa ny adidin’izy ireo. Ny anjaran-tsika taranaka aty afara dia ny manohy ary vaomaika aza manampy ny ady izay efa nataon’izy ireo dia ny hampandroso an’ity Madagasikara ity.

  • toe-tsaina tokony tazomina io fitiavana tanindrazana io satria raha tsy tia ny tanindrazan-tsika isika dia lasa atao tsika tsinotsinona ny tanin-tsika, izany hoe raha te hivoatra isika dia ilaina ny fitiavan-tanindrazana, toy izao fihetsika nataon’ny filoha, tia-tanindrazana izy satria te hampandroso ny firenena

  • toe-tsaina tokony tazomina io fitiavana tanindrazana io satria raha tsy tia ny tanindrazan-tsika isika dia lasa atao tsika tsinotsinona ny tanin-tsika, izany hoe raha te hivoatra isika dia ilaina ny fitiavan-tanindrazana, toy izao fihetsika nataon’ny filoha, tia-tanindrazana izy satria te hampandroso ny firenena

  • Tsy tokony hadinoina mandrakizay ny soa nataon’ireo zoky be teo aloha satria izy ireo no naha toy izao antsika. Amiko ary tokony jerena manokana ny taranak’izy ireny mba ho solon’ny vali-babena izay atao aminy.

  • N’iza n’iza maty martiora hoa an’ny fitiavan-tanindrazana tamin’izany andro izany dia mendrika ho tsarovana toy izao avokoa, ary hita hoe efa miha mirosoa amin’izany ny fitondrana ankehitriny amin’izao.

  • ohatra tsara ary azo halain-tahaka tsara ny vitan’ireo mpanompo firenena teo aloha. Ny fitiavan-tanindrazana no takiana amintsika na olo-tsotra ianao na manakaja ambony. Tsy tokony ho very maina izao hezaka nataon’ny teo aloha izao fa natao hakana lesona indrindra amin’izao toe-drahara misy eto izao