Accueil » A la une » Meurtre à Anosiala – Ils tuent pour un cartable et un téléphone
A la une Faits divers

Meurtre à Anosiala – Ils tuent pour un cartable et un téléphone

La maison cambriolée et dont la propriétaire a froidement été tuée.

Des cambrioleurs ont tué une mère de famille, 40 ans, pour voler le cartable de son fils et un téléphone, dans la nuit de mardi à mercredi 22 juin, à Anosiala. Place à l’enquête.

Un crime qui dépasse l’entendement . Mère de deux enfants de 15 et 10 ans, une coiffeuse, âgée de 40 ans, n’a pas survécu à ses blessures, la semaine passée à Anosiala. Un des cambrioleurs de sa maison lui a planté un bon coup d’objet perforant dans son abdomen.

L’acte odieux a été perpétré au cours de la nuit de mardi à mercredi 22 juin. La victime et sa famille vivent Andranomanga Ambato­mena, commune d’Anosiala. Son mari travaillant chaque nuit était absent.

Le nombre exact des assaillants reste indéterminé. «Agissant à visage découvert, ils étaient huit ou dix qui se trouvaient à l’intérieur, mais il y en avait beaucoup d’autres dans la cour», selon des témoignages recueillis sur place.

Un responsable au fokontany a alerté la gendarmerie à 1h15 du matin. D’après lui, la propriétaire de la maison attaquée a été évacuée vers le centre hospitalier universitaire d’Anosiala car elle a été blessée.

Au secours

Le commandant de brigade et son équipe ont rejoint les lieux. À leur arrivée, ils n’ont rencontré que les deux enfants à la maison. Leur mère, placée sous soins intensifs, a succombé. Ils ont expliqué que les malfrats ont brisé la grille de protection de leur chambre. Ensuite, l’un d’eux est allé réveiller et avertir leur maman. Très peu de temps après, ils l’ont entendue appeler au secours dans le couloir.

Les bandits ont pris la fuite en emportant le cartable du petit garçon et un téléphone, a-t-on indiqué. Un renseignement révèle qu’ils ont regagné la route nationale (RN4) et se dirigeaient vers Mahitsy. Aucune arrestation n’est jusqu’ici intervenue. Le ratissage engagé par les gendarmes n’a pas donné non plus grand-chose. Ils ont fait venir un chien pisteur de la brigade cynophile pour les aider.

La famille de la défunte promet un million d’ariary à celui qui détient et fournit à la gendarmerie une information fiable menant à la capture de l’un ou quelques uns d’entre les auteurs du forfait. L’enquête bat actuellement son plein.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter