Politique

Commission électorale – L’Assemblée nationale désigne son favori

Andrianaly  Narcisse  Benaivo  est  élu  pour  siéger au  sein  de  la  formation  permanente  de  la  CENI.

La majorité a fait son choix. L’élection du représentant de l’Assemblée nationale pour siéger au sein de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), a connu son dénouement, hier.

Les députés ont élu Andrianaly Narcisse Benaivo, administrateur civil, pour siéger au sein de la formation permanente de la CENI. Il est élu par soixante des quatre-vingt-treize élus présents durant la séance plénière d’hier. Il remplace donc, Thierry Rakotonarivo, ancien vice-président de la CENI, et administrateur civil de carrière, que la Chambre basse avait élu pour siéger au sein de la Commission électorale, en 2015.

Pour mettre un terme à la polémique suite à ses révélations sur l’existence d’un million de cartes d’identités nationale avec des titulaires différents, mais ayant le même numéro, Thierry Rakotonarivo a démissionné de la CENI, en mars. Selon une source proche de la Commission électorale, Andrianaly Narcisse Benaivo devrait tout de suite siéger en tant que vice-président de cette entité, en remplacement de son prédécesseur démissionnaire. Ceci durant ce qui reste du mandat.

L’élection du représentant de l’Assemblée nationale à la CENI était, au départ, prévu se tenir le 10 juin. Faute d’accord entre les députés de la majorité sur le favori à élire, le vote a été ajourné. Cette fois-ci donc, « la majorité », a visiblement, pu se décider. La Chambre n’est, toutefois, qu’une entité de désignation. L’administrateur civil, nouvellement élu pour siéger au sein de la Commission électorale n’est soumis à aucune obligation de redevabilité à l’endroit de l’institution.