Accueil » Régions » Toliara covid-19 – Les malades à domicile manquent de suivi
Régions

Toliara covid-19 – Les malades à domicile manquent de suivi

Faute de véhicules suffisants, il est difficile de suivre régulièrement chaque malade à domicile.

Le personnel soignant ne peut accompagner tous les malades de la Covid-19 à domicile. Ils procèdent à un suivi par élimination.

Délaissés. Des malades du coronavirus se plaignent que le personnel médical public ne vient pas voir l’évolution ou la dégradation de leur état de santé. Tous les malades sont orientés vers l’hôpital Manara-penitra de Toliara pour le traitement de la maladie. Mais l’établissement ne reçoit que l’hospitalisation des cas graves. Les formes légères et modérées sont ainsi traitées à domicile. « Le test ne peut se faire sans la recommandation d’un médecin. On ne peut donc pas venir au Manara-penitra sans une ordonnance et demander à se faire tester » explique un médecin du CSB Betania.

Le patient est reçu à l’entrée de l’hôpital sous une tente et deux paramédicaux notent les détails le concernant. Les tests Genexpert se font seulement tous les matins jusqu’à 9h 30. Une femme venue de loin est arrivée en retard le vendredi précédant la Pentecôte et n’a pas été reçue pour le test. Elle a dû revenir le lundi d’après malgré des symptômes inquiétants. Les résultats sont connus le jour même, ne sont pas personnalisés par lettre mais déclarés verbalement sous la tente. « Le médecin m’a prescrit des médicaments et m’a dit de me faire traiter à domicile. Je dois attendre une ambulance pour me ramener chez moi » raconte une mère de famille.

Azithromycine

Une équipe médicale est venue le lendemain chez la dame pour une opération de désinfection et lui a expliqué qu’elle devait suivre un traitement pendant treize jours et rester confinée ensuite pour quatorze autres jours. « Au milieu du traitement, vers le sixième jour, il ne me restait plus de pilules d’antibiotique azithromycine et je ne savais quoi faire. Mon état de santé était resté le même. L’équipe médicale n’est plus revenue et ce, jusqu’à la fin du traitement. Vers le quinzième jour, une responsable m’a enfin appelée » explique-t-elle. La personne au bout du fil, un personnel de suivi, lui explique alors que les véhicules à disposition de la direction régionale de la Santé n’arrivent pas à suivre le rythme pour un suivi personnel à domicile de tous les malades. Elle appellait pour demander l’état de santé de la malade et lui a recommandé de revenir à l’hôpital Manara-penitra au cas où il y aurait des complications. Un homme testé positif au coronavirus a vécu la même galère. « J’ai suivi le traitement et au sixième jour, j’étais à court d’antibiotiques. Aucune équipe médicale n’est venue chez moi, ni au début, ni au milieu, ni vers la fin du traitement. J’ai été obligé d’aller moi-même chercher le médicament au Manara-penitra » raconte un autre malade. « Nous ne pouvons pas assurer le suivi à domicile de chacun des malades car parfois il y a près de deux cents personnes à suivre. Nous procédons par téléphone et ne suivons de près que des malades à risque, comme ceux qui présentent une comorbidité » reconnaît un membre du personnel de suivi.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter