Accueil » A la une » Soins et traitement de la covid-19 – L’État simplifie la prise en charge des patients
A la une Politique

Soins et traitement de la covid-19 – L’État simplifie la prise en charge des patients

Le  CTC-19  de  Mahamasina  accueille  les  patients  présentant une  forme  modérée  du  coronavirus.

Le conseil des ministres décide de réorganiser la prise en charge des patients atteints du coronavirus. L’accès au protocole de traitement Covid-19 est également facilité.

Une prise en charge rapide des patients. Tel est de prime abord, le but des nouvelles mesures décidées en conseil des ministres, dans le cadre de la riposte contre la deuxième vague de la propagation du coronavirus. De nouvelles dispositions qui consistent essentiellement à une réorganisation de la prise en main des personnes contaminées et craignant d’être contaminées et l’accès au protocole de traitement.

Concernant la prise en charge des patients donc, l’Exécutif décide d’une approche selon le degré d’infection de personnes, afin d’éviter les bousculades dans les hôpitaux. Dorénavant, il est indiqué aux patients présentant des « formes légères », de s’adresser aux Centres de santé de base. Pour ceux qui présentent une « forme modérée », la prise en main se fera au niveau des Centres de traitement Covid-19 (CTC-19). Pour ces derniers, tout dépendra, toutefois, de l’appréciation des médecins.

À la lecture du rapport du conseil des ministres, sont considérés comme présentant une forme modérée de contamination au coronavirus, les personnes ayant des difficultés respiratoires, mais qui peuvent être traitées à l’aide des concentrateurs d’oxygène. Pour les « formes graves », les traitements se feront au niveau des centres hospitaliers. Les patients présentant une forme grave nécessite, en effet, une assistance respiratoire permanente.

Outre éviter une surcharge au niveau des hôpitaux, la décision étatique semble, également, être une manière d’user avec parcimonie l’oxygène. Pour éviter d’être dépassé par les événements, le conseil des ministres a donné le feu vert au ministère de la Santé publique, de lancer un appel d’offre pour l’achat de générateurs d’oxygène.

Réduire les formes graves

En marge d’une visite au CTC-19, à Mahamasina, mardi, Christian Ntsay, Premier ministre, a indiqué qu’un millier de concentrateurs d’oxygène sont répartis dans les centre hospitaliers du pays. Les nouveaux concentrateurs qui seront achetés par le ministère de la Santé publique, seront destinés à renforcer le matériel dans les hôpitaux les plus sollicités pour l’accueil des patients atteint du coronavirus.

Face à l’augmentation du nombre de personnes contaminées, l’accès aux soins est devenu problématique ces derniers jours. Pour augmenter la capacité des hôpitaux à accueillir les personnes atteintes présentant une forme grave, le communiqué du conseil des ministres rapporte que des services ont spécialement été « ouverts », à cet effet. Le numéro vert 914, pour le suivi à distance des malades par le Bataillon d’intervention spéciale (BIS), est rappelé.

Le parc d’ambulance sera, par ailleurs, renforcé pour augmenter la fréquence des suivis des traitements à domicile et le transport des patients. Comme annoncé en attaque, le but des nouvelles mesures est de réduire les formes graves et les décès. Aussi, il veut renforcer et faciliter l’accès au protocole de traitement. Les pharmacies sont alors, autorisées à vendre le protocole de traitement de la Covid-19, aux patients qui décident d’en acheter. Il est probable que l’acquisition de la formule ne sera possible que sur présentation d’ordonnance.

À l’issue du conseil des ministres du 17 mars, il a été indiqué que ce protocole de traitement basique est composé de CVO Plus, d’azytromicine et de fortifiants. En principe, ce protocole de traitement est mis à disposition de façon systématique et gratuitement aux patients présentant des symptômes s’adressant aux établissements publics tels que les CSB et les hôpitaux. Seule­ment, dans certains cas, les stocks sont insuffisants.

Il est recommandé aux médecins, même ceux exerçant dans le privé d’appliquer systématiquement le protocole de soin aux personnes présentant des signes de la maladie. Des voix avancent la thèse que la hausse des formes graves actuellement, aurait pour cause le retard des prises en charge des patients. D’autant plus qu’avec le variant sud-africain, il y aurait plusieurs porteurs du virus qui seraient négatifs au test de dépistage.

Au regard du rapport du conseil des ministres d’hier, le confinement n’est pas encore au programme. L’État veut profiter des vacances de Pâques pour briser la chaîne de contamination. Aussi, des vacances de quinze jours, à partir de demain, pour les écoles et universités sont décrétées.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter